Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L-22: Les Comores : un foyer de conidiobolomycose ? - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70237-9 
A. Desclaux 1, M.-C. Receveur 1, H. Wille 1, A. Lechot 1, B. Le Bail 1, M. Dupon 1, D. Malvy 1
1 Hôpital Pellegrin, Bordeaux, France 

Résumé

Introduction – objectifs

La conidiobolomycose est une infection due à un champignon filamenteux appartenant à l’ordre des entomophthorales, Conidiobolus coronatus ou C. incongruus, touchant les tissus sous-cutanés de la face. Cette entité rare est observée exclusivement en zone tropicale et n’a encore jamais été rapportée d’acquisition autochtone sur le territoire français d’outre-mer.

Matériels et méthodes

Série descriptive de 3 patients atteints de conidiobolomycose originaires de l’archipel des Comores et mise en perspective géo-épidémiologique dans le contexte des Pays de l’Océan Indien.

Résultats

Les patients 1 et 2 (P1 et P2), étaient âgés respectivement de 26 et 37 ans et originaires de Grande Comore et Anjouan, le patient 3 (P3) âgé de 20 ans était originaire de Bandrélé au sud de Mayotte. P3 a été pris en charge en 2014 dans un CHU de métropole. Aucun des patients n’était immunodéprimé. Tous les patients présentaient une tuméfaction rhinofaciale d’extension progressive et déformant le visage, depuis 1 an pour P1 et P2, 3 mois pour P3. Le scanner réalisé chez P2 et P3 montrait une hypertrophie des parties molles sans extension osseuse et vasculaire. La biopsie retrouvait des filaments de grand diamètre rarement septés chez tous les patients, entouré d’un manchon eosinophile chez P1 et P2 et d’un granulome chez P3. La culture sur Sabouraud réalisée chez P3 confirmait l’infection à C. Coronatus. Le facteur d’exposition environnemental retrouvé chez P3 était un travail habituel dans les bananeraies.

Conclusion

Ces 3 observations de conidiobolomycose confirment la présence focale de ce champignon sur l’ensemble de l’archipel des Comores. Cette entité rare au tableau clinique caractéristique mérite d’être connue des cliniciens du fait de l’évolution mutilante liée au retard à la mise sous antifongique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 65 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L-21: Traitement par pentamidine IV des leishmanioses cutanées au retour des Guyanes
  • M. Machado, P. Caraux-Paz, O. Patey
| Article suivant Article suivant
  • M-01: Infections de la peau et des tissus mous (IPTM) : l’antibiothérapie consensuelle est associée à moins de recours chirurgicaux
  • P.-M. Roger, E. Demonchy, K. Risso, E. Denis, E. Bernard, E. Cua

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.