Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

P-04: Place de l’anonymat dans les centres de dépistage anonyme et gratuit ? - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70293-8 
M. Patoureau 1, Y. Poirier 2, C. Michau 3, F. Delaunay 4, I. Flechard 5, E. Lavigne 6, C. Le Clec’h 7
1 CHU Nantes, France 
2 CH La Roche-sur-Yon, France 
3 CH Saint-Nazaire, France 
4 CH Cholet, France 
5 CHG Le Mans, France 
6 CPEF Maine-et-Loire, France 
7 CHU Angers, France 

Résumé

Introduction – objectifs

En 1988 les pouvoirs publics créent des centres de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) pour faciliter l’accès au dépistage et éviter la stigmatisation des personnes dans un contexte de discrimination négative des personnes vivant avec le VIH. Aujourd’hui, le regard porté sur cette pathologie a changé. Le personnel des CDAG a l’impression que l’anonymat n’est plus aussi indispensable. L’objectif de cette étude est de questionner les personnes consultant dans de telles structures.

Matériels et méthodes

En novembre 2013, grâce à la coordination du réseau régional de santé sexuelle, un autoquestionnaire a été distribué pendant 1 mois, dans des CDAG d’une région, à toutes les personnes venant consulter.

Résultats

Au total, 1 141 questionnaires ont été recueillis : 59 % (n=669) des personnes interrogées ont répondu venir au CDAG pour la gratuité, 44 % (n=502) pour l’anonymat, 41 % (n=466) pour la proximité du lieu d’habitation/ de travail, 23 % (n=267) pour rencontrer des professionnels formés, 16 % (n=187) pour ne pas en parler à leur médecin traitant et 19 % (n=219) parce qu’ils avaient été orientés par un de leur proche. De plus, 55 % (n=629) des personnes interrogées acceptent de donner leur identité, 39 % (n=445) veulent rester anonyme et 6 % (n=75/536) sont d’accord pour donner uniquement leur numéro de téléphone.

Conclusion

L’anonymat rend difficile la prise en charge du patient et favorise les « perdus de vue ». Il ressort de cette enquête que l’anonymat n’est pas une priorité pour le patient, il souhaite avant tout une prise en charge confidentielle. L’anonymat dans les CDAG pourrait-il ne pas être systématique mais possible pour les personnes qui le souhaitent ?

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 83 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • P-03: L’auto-prélèvement à domicile : une stratégie de dépistage performante pour Chlamydia trachomatis
  • D. Kersaudy-Rahib, L. Bluzat, C. Bébéar, B. de Barbeyrac, N. Lydie
| Article suivant Article suivant
  • P-05: Situation de la prescription des immunoglobulines antirabiques (RIG) en France : quantités, coûts et anticipation des ruptures de stock
  • F. Ribadeau Dumas, P. Poujol, H. Bourhy, C. Le Pen

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.