Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Q-07: Épidémie d’infections invasives à méningocoque B:14:P1.7, 16 en Aquitaine, 2012-2013 - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70312-9 
M. Charron 1, I. Parent du Chatelet 1, M.-K. Taha 2, M. Vivier-Darrigol 3, P. Grand 3
1 InVS, Bordeaux, France 
1 InVS, Saint-Maurice, France 
2 Institut Pasteur, Paris, France 
3 ARS Aquitaine, Bordeaux, France 
3 ARS Aquitaine, Pau, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Parmi les infections invasives à méningocoque (IIM), le sérogroupe B est prédominant en France et certains clones peuvent conduire à des épidémies prolongées. Une épidémie d’IIM B:14:P1.7,16 a été détectée en 2012 dans les Pyrénées Atlantiques (PA) et a conduit à la mise en œuvre d’une campagne de vaccination par le vaccin MenBvac®.

Matériels et méthodes

La surveillance des IIM repose sur la déclaration obligatoire et la caractérisation des souches par le Centre national de référence (CNR). Le suivi du taux d’adhésion à la vaccination de la population a reposé sur l’analyse d’un fichier des personnes domiciliées, travaillant ou étudiant sur la zone et complété pour chaque personne ayant débuté sa vaccination.

Résultats

Entre juillet et septembre 2012, quatre cas d’IIM B:14:P1.7,16 (un décès) ont été déclarés autour de Lagor (PA), avec une incidence sur cette zone de 14 cas pour 100 000 habitants. Deux nouveaux cas ont été déclarés en avril 2013 sur cette même zone. Les leçons tirées de l’expérience de la Seine Maritime ont conduit le Haut conseil de santé publique (HCSP) à recommander une vaccination des contacts puis la vaccination des 2 mois-24 ans par le MenBvac en juillet 2013. Fin 2013, la couverture vaccinale tous âges était de 18,9 % pour la première dose en population générale. Tous les contacts des cas étaient vaccinés.

Conclusion

La détection de cette épidémie a permis de mettre en place rapidement une campagne de vaccination auprès de la population concernée. Aucun nouveau cas d’IIM B:14:P1.7,16 n’a été recensé depuis avril 2013 suite aux vaccinations réalisées auprès de tous les contacts des cas puis en population générale malgré une faible adhésion actuelle. Les regroupements temporo-spatiaux d’IIM B ont été pris en compte par le HCSP dans les recommandations d’utilisation du nouveau vaccin Bexsero®.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 88 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Q-06: Mucormycoses post-traumatiques : étude nationale et revue
  • L. Lelièvre, D. Garcia-Hermoso, H. Abdoul, O. Lortholary, F. Lanternier
| Article suivant Article suivant
  • Q-08: Prévalence et facteurs de risque de portage et d’infection à entérobactéries multirésistantes (EBMR) chez les voyageurs hospitalisés
  • L. Epelboin, J. Robert, V. Meyssonnier, E. Tsyrina-Kouyoumdjian, S. Laouira, F. Bricaire, E. Caumes

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.