Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Q-05: La pyélonéphrite emphysémateuse : une série de 18 patients - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70310-5 
E. Elleuch 1, N. Rebai 2, A. Mustapha 1, M. Fourati 2, Z. Mnif 1, M.-N. Mhiri 2, M. Ben Jemaa 1
1 CHU Hedi chaker, Sfax, Tunisie 
2 CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie 

Résumé

Introduction – objectifs

Décrire les particularités cliniques, microbiologiques, radiologiques et rapporter les attitudes thérapeutiques des cas de pyélonéphrite emphysémateuse (PNE).

Matériels et méthodes

Nous avons mené une étude rétrospective sur 22 ans (1992-2013) portant sur les cas de PNE prises en charge par les équipes des services de maladies infectieuses et d’urologie.

Résultats

Dix huit patients (6 hommes et 12 femmes) d’âge moyen de 56,27 ans ont été inclus. Ils étaient tous diabétiques. Les signes cliniques prédominants étaient : la fièvre (17 cas), les troubles mictionnels (12 cas), une sensibilité de la fosse lombaire (16 cas) et un gros rein (3 cas). L’arbre urinaire sans préparation a été pratiqué pour 15 patients. Il a montré une clarté gazeuse en regard de l’ombre rénale dans 8 cas. L’échographie et la tomodensitométrie ont été pratiquées et ont confirmé le diagnostic dans tous les cas. Une atteinte bilatérale a été notée dans 3 cas. Le germe responsable a été identifié dans 15 cas. Il s’agissait de 12 bacilles à Gram négatif (4 Escherichia coli, 4 Klebsiella pneumoniae, 2 Klebsiella oxytoca, et 2 Proteus mirabilis) et de 3 candida (1 cas de C.albicans, 1 cas de C.glabrata et 1 cas de C. tropicalis). 12 patients ont bénéficié d’un traitement médical seul avec une guérison dans 8 cas. Un traitement chirurgical a été associé dans 6 cas avec une guérison dans seulement 2 cas.

Conclusion

La PNE est une infection rare mais grave qui survient chez le diabétique, en présence de signes de gravité ou d’absence de réponse au traitement. Ce dernier est classiquement médico-chirurgical, toutefois des tentatives de traitement médical seul sont de plus en plus décrites. La mortalité reste cependant lourde.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 88 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Q-04: Pneumonie aiguës communautaires (PAC) et positivité des antigènuries pneumocoque ou Legionella : une épargne antibiotique trop peu mise en œuvre
  • I. Timontin, A. Zumbo, C. Rotomondo, M. Della-Guardia, P.-M. Roger
| Article suivant Article suivant
  • Q-06: Mucormycoses post-traumatiques : étude nationale et revue
  • L. Lelièvre, D. Garcia-Hermoso, H. Abdoul, O. Lortholary, F. Lanternier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.