Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

R-02: Épidémie de lymphogranulomatose vénérienne (LGV) anorectale en France : où en est-on 10 ans après ? - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70317-8 
B. de Barbeyrac 1, C. Laurier Nadalie 1, C. Le Roy 1, G. La Ruche 2, O. Peuchant 1, C. Bébéar 1
1 Université Bordeaux, INRA, CNR chlamydiae, Bordeaux, France 
2 Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Surveillance des anorectites à Chlamydia trachomatis via un réseau de cliniciens et biologistes en France.

Matériels et méthodes

Typage moléculaire des échantillons génitaux et anorectaux envoyés au CNR et recueil des données cliniques, biologiques et comportementales.

Résultats

Depuis 2004, le nombre de cas de LGV typés au CNR, s’élève à 1 791 et celui des anorectites à souche non L à 1 284. La courbe épidémiologique des cas de LGV montre une forte augmentation en 2013 (102 en 2004, 318 en 2013). Les cas de LGV sont plus souvent identifiés à Paris (75,25 %) qu’en province (p<0,05). Les ano-rectites à C. trachomatis touchent les hommes ayant des rapports avec les hommes et ayant des partenaires occasionnels. Un seul cas féminin a été rapporté. La LGV se distingue de l’anorectite à souche non L par son caractère symptomatique (p<10-7) et son association avec le VIH (p<10-8). L’association avec la syphilis est plus importante dans le groupe LGV (32,2 % vs 21 % p<0,05). Par contre, l’association avec le gonocoque est plus importante dans les cas d’anorectites à souche non L (28 % vs 19,6 % p<0,05).

Le nombre de cas d’ano-rectites à souches non L augmente également entre 2004 (26 cas) et 2013 (392 cas). L’étude de la répartition des sérovars montre que les sérovars D (35,2 %), G (29,5 %) et J (17,3 %) sont les plus fréquents alors que le sérovar E, majoritaire dans les prélèvements génitaux, ne représente que 10,3 % des ano-rectites.

Conclusion

Le typage régulier de souches génitales montre que la LGV n’a pour l’instant pas disséminée dans la population générale. La LGV reste essentiellement ano-rectale, seulement 42 cas de LGV génitales avec ulcération et adénopathie inguinale et 5 cas de portage pharyngé ont été identifiés. La surveillance doit continuer car l’épidémie est toujours en progression.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 90 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • R-01: L’utilisation de tests d’orientation diagnostique VIH, VHB, VHC améliore la prise en charge
  • J. Bottero, A. Boyd, J. Gozlan, J. Nau, M.-D. Pauti, P.-M. Girard, K. Lacombe
| Article suivant Article suivant
  • R-03: Bénéfices des trithérapies à comprimé unique (STR) vs schémas non- STR chez des patients VIH naïfs et prétraités : analyse à 3 mois de la cohorte française SToRy
  • G. Gras, C. Duvivier, R. Landman, B. Spire, K. Lacombe, I. Ravaux, A. Jacob

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.