Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

R-06: Aspergillose invasive (AI) chez les patients infectés par le VIH en France : évolution sur 20 ans - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70321-X 
B. Denis 1, N. de Castro 2, F. Mechaï 3, G. Melica-Gregoire 4, M. Revest 5, D. Costagliola 6, O. Lortholary 7
1 INSERM-UPMC UMRS_1136, Paris, France 
2 Hôpital Saint-Louis, Paris, France 
3 Hôpital Avicenne, Bobigny, France 
4 Hôpital Henri-Mondor, Créteil, France 
5 CHU Rennes, Rennes, France 
6 INSERM-UPMC UMRS_1136, Paris, France 
7 SMIT Necker Pasteur, Paris, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Étude de la pertinence de la classification EORTC/MSG (EORTC) définissant les AI dans le contexte VIH et de l’évolution de la mortalité de 1992 à 2011.

Matériels et méthodes

Revue par 2 experts des dossiers avec un code IC-10 d’aspergillose dans la cohorte française FHDH-ANRS CO4. Les cas validés d’AI sans critère EORTC ont été classés en « AI liée au VIH ». Étude sur 3 périodes : avant cART (< 1996), avant voriconazole (1996-2001), et après 2001. Estimation de la survie par Kaplan-Meier et étude des facteurs de risque par des modèles de Cox ajustés sur les CD4 et cART au diagnostic.

Résultats

L’incidence des AI est passée de 72/10,000 PA [95 % CI, 59-85] avant 1996, à 45[36-54] en 1996-2001, à 30 [23-37] après 2001. Le diagnostic d’AI a été posé selon les critères EORTC pour 124 (51 %) patients (7 possibles, 65 probables and 52 prouvés), avec des proportions identiques pour les 3 périodes (50 %, 48 %, and 54 %, respectivement), et des « AI liées au VIH » ont été retenues chez 121 (49 %) patients. Sur les 3 périodes, la mortalité à 3 mois était de 56 %, 31 % et 30 %. En 2001-2011, l’effet protecteur du voriconazole sur le décès est retrouvé (HR = 0,2 [0,04-0,77]). Comparée à 1996-2001, la mortalité en 2001- 2011 a baissé de 61 % pour les AI définies par les critères EORTC, sans baisse de mortalité pour les « AI liées au VIH » (HR = 1,3 [0,7-2,4]).

Conclusion

Les critères EORTC proposés pour les patients d’hématologie/ oncologie n’étaient applicables que dans 50 % des cas d’AI diagnostiquées chez les patients infectés par le VIH. Pour les IA non classées EORTC, le diagnostic d’AI a pu être sous-estimé entrainant des retards de traitements et une surmortalité. Les risques spécifiques d’« AI liées au VIH » méritent d’être étudiés afin d’améliorer le pronostic.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 91 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • R-05: Résultats de l’assistance médicale à la procréation chez les femmes infectées par le VIH1 : étude cas-contrôle
  • S. Epelboin, C. Stora, E. Devouche, C. Patrat, P. Longuet, D. Luton, S. Matheron
| Article suivant Article suivant
  • R-07: Pratique du « Slam » chez les HSH séropositifs pour le VIH
  • T. L’Yavanc, R. Missonier, M. Hamidi, N. Velasquez, G. Pialoux

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.