Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

S-09: Impact médico-économique d’une unité dédiée lors d’une épidémie à K. pneumoniae OXA-48 - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70334-8 
P.-M. Roger 1, E. Demonchy 1, E. Bernard 1, C. Rascle 1, E. Cua 1
1 Centre hospitalier universitaire, Nice, France 

Résumé

Introduction – objectifs

En situation d’épidémie à entérobactéries sécrétrices de carbapénémases, les recommandations comportent entre autres le recours à une unité dédiée. Notre institution a fait l’expérience d’une telle situation. Nous en rapportons ici l’impact médico-économique vu par les médecins.

Matériels et méthodes

L’unité dédiée était ouverte sur un secteur fermé mobilisant 10/34 lits d’infectiologie, et en y affectant les personnels médicaux et soignants de ce même service. L’équipe soignante était renforcée pour répondre aux exigences de la continuité des soins, pour un fonctionnement du 20/9/13 au 20/1/14. Le recrutement durant cette période était comparé aux 2 années précédentes, en prenant les mêmes bornes temporelles. Le tableau de bord où sont enregistrés 28 paramètres de chaque patient hospitalisé, dont le groupe homogène de malade (GHM), la durée d’hospitalisation et « le revenu T2A » par patient était utilisé pour quantifier ces évènements.

Résultats

Les 4 mois de fonctionnement des 3 périodes 2011–2012, 2012–2013 et 2013–2014 avaient vu le recrutement de 388, 383 et 253 patients respectivement, l’unité dédiée accueillant 17 patients. Il était observé une variation significative des GHM, les infections respiratoires ayant diminué de 5 % et les hospitalisations non liées à une infection ayant augmenté de 5 % (p<0,001). Les infections liées aux soins baissaient de 57, 56 puis 33 respectivement. La durée moyenne d’hospitalisation était inchangée, entre 9 et 10 jours sur chacune de ces 3 périodes ; celle en unité dédiée était de 20±20 jours. Le calcul T2A indiquait un RUM moyen de successivement 4 529, 6 330 et 6 819 €. En prenant la première période comme référence, les variations étaient de + 667 138 € puis de – 32 045 €. Les coûts supplémentaires en ressources soignants étaient de + 77 000 €.

Conclusion

L’unité dédiée en Infectiologie a perturbé le recrutement, empêchant l’accueil des infections respiratoires et celles associées aux soins. Le manque à gagner pour le service est de 776 183 €.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 95 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • S-08: Bénéfice du TEP-scanner dans la prise en charge des bactériémies à porte d’entrée indéterminée (BPEI)
  • A. de Pontfarcy, K. Jidar, T. Poisson, S. Diamantis
| Article suivant Article suivant
  • S-10: Contrôle de 294 prescriptions d’antibiotiques par le référent antiinfectieux au centre hospitalier d’Angoulême en 2013
  • S. Males, R. Mayan, C. Nowak, A. Riché

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.