Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

T-06: Réponse CD4 à une première trithérapie de l’infection VIH-2 : comparaison à VIH-1 - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70341-5 
L. Wittkop 1, S. Matheron 2
1 Inserm U897, ISPED, Université-CHU de Bordeaux, Bordeaux, France 
2 Hôpital Bichat, UMR 1137, Paris 7, France 

Résumé

Introduction – objectifs

L’infection par VIH-2 est caractérisée par une moins bonne réponse immunologique au traitement antirétroviral combiné (TARVc) que celle observée pour VIH-1. Nous avons comparé cette réponse CD4 dans les 2 infections avec ajustement sur la charge virale plasmatique initiale (CV) sur un large échantillon recruté dans 2 réseaux européens.

Matériels et méthodes

Analyse rétrospective des données des patients adultes inclus dans les cohortes des réseaux COHERE (infectés par VIH-1 seul ; 23 cohortes) et ACHIEV2E (infectés par VIH-2 seul ; 9 cohortes) ayant débuté un 1er TARVc entre 1998 et 2011. Les patients débutant un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse (INTI) ont été exclus. L’évolution du nombre de CD4 de J0 (avant TARVc) au 1er changement ou arrêt du TARVc a été évaluée par des modèles linéaires à intercepts et pentes aléatoires ajustés.

Résultats

48 317 patients infectés par VIH-1 et 171 par VIH-2 ont été inclus. À J0 (VIH-1 vs VIH-2), le nombre médian de CD4 était similaire (183 vs 180 cells/mm3, P=0,39), la CV était > 500 copies chez 86 % vs 42 % des patients (P<10−4) et la durée médiane du 1er TARVc était de 12 vs 14 mois (P=0,03). Les patients recevant 3 INTIs avaient globalement une augmentation moins forte du nombre de CD4 que ceux recevant un IP boosté par ritonavir (/r), indépendamment du type de VIH (différence de 36 cellules/an ; P<10−4). L’augmentation moyenne du nombre de CD4 dans la 1re année de TARVc était significativement moins forte pour VIH-2 que pour VIH-1 (différence de 28 CD4 cells/mm3/an ; P=0,01) y compris chez les patients recevant lopinavir/r ou darunavir/r (P=0,04), chez lesquels la plus forte augmentation était observée.

Conclusion

Les patients infectés par VIH-2 ont une moins bonne réponse immunologique à un premier TARVc que ceux infectés par VIH-1 indépendamment de la valeur de la CV initiale et de la combinaison antirétrovirale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 97 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • T-05: Évaluation d’un traitement antirétroviral comprenant du raltégravir (RAL) chez des patients VIH1 naïfs de sous types B et non B
  • J.-L. Delassus, C. Alloui, M.-A. Khuong, D. Troisvallets, O. Bouchaud
| Article suivant Article suivant
  • T-07: VAC-3S, un nouveau vaccin immunothérapeutique de l’infection VIH-1 : résultats de la phase I
  • H. Bodilis, R. Calin, R. Ho Tsong Fang, O. Launay, C. Katlama, V. Vieillard, S. Gharakhanian

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.