Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Spécificités de la prise en charge anesthésique chez les patients souffrant de maladie neurologique : éclairage sur l’anesthésie locorégionale - 03/07/14

Doi : 10.1016/j.lpm.2013.11.028 
Jean-Marc Malinovsky , Armine Hamidi, Chantal Lelarge, Catherine Boulay-Malinovsky
 CHU de Reims, pôle URAD, hôpital Maison-Blanche, service d’anesthésie-réanimation, 51092 Reims cedex, France 

Jean-Marc Malinovsky, CHU de Reims, pôle URAD, hôpital Maison-Blanche, service d’anesthésie-réanimation, 45, rue Cognacq-Jay, 51092 Reims cedex, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Points essentiels

L’anesthésie des patients ayant une maladie neurologique est réalisable mais nécessite certaines adaptations. Les contre-indications des anesthésies locorégionales qui sont souvent avancées ne sont pas toujours justifiées.

Il n’est pas démontré que l’anesthésie générale aggrave les dysfonctions cognitives chez les patients souffrant de maladie d’Alzheimer mais ces dysfonctions peuvent perturber les suites postopératoires ; le bénéfice de l’anesthésie locorégionale n’est pas prouvé.

Chez les patients atteints de maladie de Parkinson, le problème est celui de la poursuite du traitement en période péri-opératoire, notamment lorsque la voie orale n’est pas utilisable.

Chez les patientes souffrant de sclérose en plaques, il est établi que l’analgésie péridurale obstétricale n’est pas impliquée dans le déclenchement des poussées du péripartum et, de ce fait, elle est faisable et recommandée.

Les anesthésies locorégionales sont possibles en cas de polyradiculonévrite inflammatoire à condition que le patient ne soit pas en phase de récupération d’une poussée de la maladie.

Chez les patients porteurs de neuropathies périphériques héréditaires ou acquises, l’anesthésie locorégionale est le plus souvent possible.

L’épilepsie, le spina bifida et les pathologies rachidiennes traumatiques ne sont pas des contre-indications à la réalisation d’anesthésie locorégionale mais requièrent des conditions techniques particulières dans les deux derniers cas.

Avant de pratiquer une anesthésie chez un patient ayant une maladie neurologique, il est recommandé d’effectuer un bilan en concertation avec un neurologue et de donner au patient une information sur les risques spécifiques liés à la période péri-opératoire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Key points

Anaesthesia of patients with neurological disease is feasible but each specific disease requires specific adjustments accordingly. A preoperative evaluation of neurological status is required and patients should be informed of the potential harms in the perioperative period. Regional anaesthesia is commonly considered as contraindicated in these patients although it is commonly not.

General anaesthesia has not been demonstrated to worsen cognitive dysfunction in patients suffering from Alzheimer's disease but these dysfunctions may disturb postoperative rehabilitation. Regional anaesthesia has no special benefit in these patients.

In patients with Parkinson's disease, inability to use the oral route in the postoperative period may impair the administration of the treatment.

Multiple sclerosis is not a contraindication of epidural anaesthesia especially in obstetrics, since there is no evidence that it may trigger relapse of the disease especially in the postpartum period.

Regional anaesthesia is doable in patients with a dysimmune demyelinated lesions out of the regeneration phase of the disease. In peripheral hereditary or acquired neuropathies regional anaesthesia is also feasible.

Epilepsy, spina bifida and traumatic pathologies of the spine are not contraindications to regional anaesthesia but the latter require technical adjustment.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 43 - N° 7-8

P. 756-764 - juillet 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’endothéline : de la découverte aux avancées pharmacothérapeutiques
  • Vincent Richard
| Article suivant Article suivant
  • La cardiologie du futur
  • Christophe Leclercq

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.