Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Continuer, limiter ou arrêter ? Évolution des modalités de décès sur une période de 6 ans en réanimation pédiatrique - 17/07/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.04.007 
S. Vernaz a, , L. Casanova b, F. Blanc a, S. Lebel a, F. Ughetto a, O. Paut a
a Service de réanimation pédiatrique, hôpital de la Timone, faculté de médecine, université Aix-Marseille, 27, boulevard Jean-Moulin, 13005 Marseille, France 
b Département de médecine générale, Aix-Marseille université, 27, boulevard Jean-Moulin, 13005, Marseille, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Depuis 2005, la loi française (dite loi « Leonetti ») autorise la limitation ou l’arrêt des thérapeutiques actives (LATA) pour les patients en fin de vie. L’objectif principal de notre étude est l’analyse des variations dans le temps des circonstances des décès en réanimation pédiatrique selon trois modalités : arrêt cardiaque non récupéré, LATA ou état de mort encéphalique. Il s’agit d’une étude descriptive monocentrique portant sur la période 2007–2012. Les analyses statistiques utilisent le test de tendance de Cochran-Armitage pour vérifier la significativité des évolutions. Parmi les 5100 entrées comptabilisées en 6ans, 263 enfants sont décédés, soit une mortalité globale de 5,2 %. Il n’y a pas d’augmentation du nombre de décès, toutes modalités confondues. Le pourcentage de décès par LATA augmente chaque année pour doubler en 6ans (p=0,0008). Les décès par arrêt cardiaque non récupéré diminuent de plus de moitié sur la même période (p=0,0015). Le pourcentage de décès par état de mort encéphalique ne varie pas (p=0,72). Parmi les LATA, il y a quatre fois plus d’arrêts que de limitations. La loi Léonetti a donc fait évoluer les pratiques médicales : limitant l’obstination déraisonnable, elle permet d’appréhender la fin de la vie de façon plus sereine que lors d’arrêts cardiaques non récupérés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Since 2005, forgoing live-support (FLS) is allowed by the French law (known as the Leonetti law) for end-of-life patients only. This study aims at describing the variations over time in the use of the following methods to end life: FLS, brain death and cardiopulmonary resuscitation failure (CPR failure). It is a single retrospective study from 2007 to 2012. The Cochran-Armitage trend test is used in the statistical analysis. Over six years, 263 of the 5100 children who were hospitalized in our intensive care unit died, which represents a 5.2% mortality rate. FLS increased yearly from 31% of the deaths in 2007, to 71% in 2012 (P=0.0008). The rate of CPR failure decreased over the same period (P=0.0015). The rate of brain death remained constant. Following to the Leonetti law, FLS increase, and palliative cares develop without any increase of mortality.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Limitation et arrêt des thérapeutiques actives, Décès, Réanimation pédiatrique, Fin de vie

Keywords : Withholding or withdrawing life-sustaining treatments, Forgoing live-support, Death, Pediatric intensive care unit, End-of-life


Plan


© 2014  Société française d’anesthésie et de réanimation (Sfar). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 6

P. 400-404 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Conservation de la succinylcholine en préhospitalier après recommandations de l’Agence nationale de santé et du médicament
  • H. Lefort, A. Mendibil, S. Margerin, A.-C. Cuquel, D. Jost, K. Tazarourte, L. Domanski, J.-P. Tourtier
| Article suivant Article suivant
  • Utilisation du masque laryngé : une enquête nationale de pratique professionnelle
  • S. Ponsonnard, T. Duvoid, R. Gagnoud, F. Dalmay, J. Cros, N. Nathan

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.