Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Utilisation du masque laryngé : une enquête nationale de pratique professionnelle - 17/07/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.05.011 
S. Ponsonnard a, , T. Duvoid a, R. Gagnoud a, F. Dalmay b, J. Cros c, N. Nathan a, d
a Anesthésie-réanimation, hôpital Dupuytren, CHU de Limoges, 2, avenue Martin-Luther-King, 87042 Limoges, France 
b Unité fonctionnelle de recherche clinique et de biostatistique, faculté de médecine, université de Limoges, 87000 Limoges, France 
c Anesthésie-réanimation, hôpital mère et enfant, CHU de Limoges, 87042 Limoges, France 
d Faculté de médecine, université de Limoges, 87000 Limoges, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le but de cette enquête était de décrire l’utilisation actuelle du masque laryngé (ML) et de comparer les modalités d’utilisation par les anesthésistes (MAR) experts et les non-experts.

Matériel et méthodes

Cette enquête de pratique a été réalisée par un autoquestionnaire envoyé par e-mail. Étaient considérés experts les MAR déclarant avoir posé plus de 750 ML.

Résultats

Neuf cent cinquante-trois MAR ont répondu au questionnaire. Seuls 19 déclaraient ne jamais utiliser de ML et 37 % en avoir posé plus de 750. Plus de la moitié des MAR utilisaient le poids idéal pour définir la taille du MLA à utiliser. La pression de fuite était recherchée par moins du tiers des MAR. En cas de fuite, une mobilisation du ML ou de la tête du patient était réalisée en première intention. En seconde intention, près d’un quart des MAR changeaient de technique au profit de l’intubation orotrachéale. Seuls 50 % des MAR reconnaissaient l’intérêt du ML en sauvetage en cas d’intubation/ventilation difficile. Les experts utilisaient moins souvent le mode volume contrôlé. La moitié des MAR appliquaient une pression expiratoire positive (PEP). Les experts rapportaient moins d’échecs de pose et de laryngospasme (p<0,0001). Les utilisateurs ne rapportaient que très rarement des conséquences médico-légales.

Conclusion

L’absence de recommandations de haut grade pourrait expliquer les inhomogénéités de pratiques. La place du ML dans l’algorithme de prise en charge d’une ventilation au masque difficile doit être rappelée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Background

This survey aimed to describe the current use of laryngeal mask (LM) and to define the difference of use according to a group defined like experts.

Methods

A self-questionnaire available on Internet was sent by e-mail to French anesthesiologists. Results were compared by a Chi2 test between anesthesiologists according to their expertise defined by a >750 LM use.

Results

Nine hundred and fifty-three anesthesiologists answered to the survey. Only 19 reported never using LM and 37% of responders were defined as expert. More than half of the MAR used the ideal weight to set the size of the MLA to use. Pressure leak was sought by less than one-third of the MAR. In case of leakage, a mobilization of the ML or the patient's head was performed first. In second intention, nearly a quarter of MAR changed technique for the benefit of oral intubation. Only 50% of responders used LM as a rescue technique in case of difficult intubation and ventilation. Experts had less insertion failure and laryngospasm. Complications and medico-legal suites are few.

Conclusions

Variability of practice may be explained by low-grade recommendations in the literature. LM insertion in case of difficult intubation/ventilation to provide adequate oxygenation and should be formally reminded to clinicians.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Masque laryngé, Enquête, Intubation

Keywords : Laryngeal mask, Survey, Intubation


Plan


© 2014  Société française d’anesthésie et de réanimation (Sfar). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 6

P. 405-410 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Continuer, limiter ou arrêter ? Évolution des modalités de décès sur une période de 6 ans en réanimation pédiatrique
  • S. Vernaz, L. Casanova, F. Blanc, S. Lebel, F. Ughetto, O. Paut
| Article suivant Article suivant
  • Émulsions lipidiques intraveineuses et toxicité systémique des anesthésiques locaux : mécanismes et limites
  • K. Nouette-Gaulain, X. Capdevila, F. Robin, H. Beloeil

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.