Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Œdème cérébral : nouvelles pistes thérapeutiques - 17/07/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.05.007 
H. Quintard, C. Ichai
 Service de réanimation médicochirurgicale, hôpital Saint-Roch, CHU de Nice, université de médecine de Nice Sophia-Antipolis, 5, rue Pierre-Dévoluy, 06006 Nice cedex 1, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

On distingue classiquement 4 types d’œdèmes cérébraux (OC). L’œdème vasogénique et cellulaire (cytotoxique) sont les plus fréquemment rencontrés en cas de lésions cérébrales. L’OC osmotique est observé en cas d’hypotonie plasmatique et l’OC hydrostatique peut apparaître en cas de forte augmentation de pression hydrostatique. Malgré des mécanismes physiopathologiques de formation, une localisation et une composition différentes, l’OC cellulaire et vasogénique s’aggravent mutuellement. Ils sont le plus souvent présents de façon concomitante ou successive après l’agression cérébrale. Les conséquences de l’OC sont doubles : à court terme décès par mort encéphalique en rapport avec une hypertension intracrânienne (HTIC) et à plus long terme séquelles neuropsychiques dont la sévérité est largement corrélée aux lésions d’ischémie. De ce fait, diminuer l’OC pour éviter la mort encéphalique et l’ischémie reste un objectif thérapeutique majeur. En pratique clinique, l’osmothérapie (par mannitol ou sérum salé hypertonique) reste le traitement de première intention. Les progrès technologiques des dernières années, tant sur le plan de la biologie cellulaire que de l’imagerie, ont permis de déterminer avec beaucoup plus de précision les mécanismes physiopathologiques responsables de la formation des OC. Loin des simples mouvements physicochimiques d’eau au sein du cerveau ou avec le système vasculaire, le rôle des substrats énergétiques, des canaux à eau (aquaporines), des transporteurs ioniques et de la neuroinflammation ne cesse d’être souligné. Ces données ouvrent de nouvelles cibles thérapeutiques. Le lactate, substrat énergétique approprié pour le cerveau lésé, a été administré avec succès en clinique chez le traumatisé crânien, induisant une réduction du nombre et de l’importance des poussées d’HTIC et une meilleure récupération neurologique. Toutes les autres thérapies, orientées sur la modulation des aquaporines, des transporteurs transmembranaires ioniques, et sur l’inflammation neurogène (modulation des métalloprotéases, de la bradykinine, de la claudin-5, la progestérone et l’érythropoiétine) n’ont été étudiés qu’expérimentalement. Leur efficacité clinique reste à démontrer.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Cerebral oedema (CO) after brain injury can occur from different ways. The vasogenic and cytotoxic oedema are usually described but osmotic and hydrostatic CO, respectively secondary to plasmatic hypotonia or increase in blood pressure, can also be encountered. Addition of these several mechanisms can worsen injuries. Consequences are major, leading quickly to death secondary to intracerebral hypertension and later to neuropsychic sequelae. So therapeutic care to control this phenomenon is essential and osmotherapy is actually the only way. A better understanding of physiopathological disorders, particularly energetic ways (lactate), aquaporine function, inflammation lead to new therapeutic hopes. The promising experimental results need now to be confirmed by clinical data.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Agression cérébrale, Œdème cérébral, Thérapie osmotique

Keywords : Brain injury, Cerebral oedema, Osmotherapy


Plan


 Texte présenté lors de la Journée du club de l’Association de neuro-anesthésie-réanimation de langue française (Anarlf), congrès Sfar 2013.
☆☆ Ce texte est publié sous la seule responsabilité des auteurs et n’a pas fait l’objet d’une évaluation par le bureau éditorial des Afar.


© 2014  Société française d’anesthésie et de réanimation (Sfar). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 6

P. 436-443 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Hypernatrémie chez le patient cérébrolésé : utile ou dangereux ?
  • J.-F. Payen, P. Bouzat, G. Francony, C. Ichai
| Article suivant Article suivant
  • Nécrose cérébrale étendue secondaire à une intoxication aiguë à l’éthylène glycol
  • A. Ruimy, M. Keyser, J. Pottecher, S. Kremer, P. Diemunsch

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.