Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Vitamine D et personnes âgées : enquête auprès de 192 médecins généralistes dans les Hautes-Pyrénées - 23/07/14

Doi : 10.1016/j.npg.2014.02.009 
K. Tafin-Kampé
 Department of Geriatric Medicine, faculté de médecine de Montpellier, université de Montpellier, 2, rue École-de-Médecine, 34000 Montpellier, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 5
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La population âgée en France ne cesse de s’accroître. Le vieillissement et les pathologies chroniques rendent le sujet âgé fragile. La chute est un facteur de risque d’entrée dans la dépendance à cause de ses conséquences qui peuvent être graves. Le coût de prise en charge des conséquences des chutes est élevé. Il est donc important de les prévenir efficacement. Un moyen de prévention est le traitement par vitamine D. L’objectif de cette étude est de décrire les pratiques des médecins généralistes du département des Hautes-Pyrénées et d’analyser leur conformité en fonction des dernières recommandations du Groupe de recherche et d’information sur les ostéoporoses (GRIO). Il s’agit d’une enquête auprès de 192 médecins généralistes, élaborée à partir des recommandations du GRIO de 2011. Cinquante-neuf pour cent des médecins généralistes ont déclaré avoir plus de 15 % de patients âgés de plus de 65ans. Ils prescrivent un dosage systématique de la vitamine D dans 61 % des cas et à visée thérapeutique dans seulement 39 % des cas. Lorsqu’il y a une indication, il s’agit des situations suivantes : exposition solaire insuffisante (25 %), chutes à répétition (22 %), ostéoporose avérée (29 %) ou en cas de traitement inducteur d’ostéoporose (24 %). La supplémentation se fait plus souvent avec la vitamine D3 (50 %) qu’avec la D2 (14 %), et c’est le schéma de doses espacées (89 %) qui est le plus souvent appliqué. Il ressort de cette enquête que dans 61 % des cas les dosages de vitamine D demandés par les médecins généralistes des Hautes-Pyrénées ne sont pas en conformité avec les recommandations des autorités sanitaires nationales.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

The elderly population in France has continued to increase. Aging and chronic diseases render this population vulnerable. Falls are a risk factor of becoming dependent because of their potentially severe consequences; the cost of care of the consequences is high. Hence, it is important to effectively prevent them. In this paper we will attempt to determine current practices and opinions in the Hautes-Pyrenees that is a department (Midi-Pyrenees region) in southwestern France, in order to analyze compliance with respect to the new recommendations of the Group for Research and Information on Osteoporosis (GRIO). The rules and procedures are based on the recommendations of the GRIO 2011. This evaluation examines the program through a survey of the general practitioners involved in its implementation in the Hautes-Pyrenees. Fifty-nine percent of GPs reported having more than 15% of patients aged over 65. They prescribe a systematic determination of vitamin D in 61% of cases and therapeutic in only 39% of cases. When there is an indication, it is one of the following situations: insufficient sun exposure (25%), repeated falls (22%), established osteoporosis (29%) or in the case of inducing osteoporosis treatment (24%). Supplementation is more often with vitamin D3 (50%) than vitamin D2 (14%), and it is the pattern of spaced doses that is most often applied. It is clear from this survey that in 61% of cases the dosages of vitamin D required by GPs in the Hautes-Pyrenees are not in accordance with the recommendations of the national health authorities.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Chutes, Personne âgée, Vitamine D, GRIO, Hautes-Pyrénées

Keywords : Falls, Elderly, Vitamin D, GRIO, Hautes-Pyrenees


Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 14 - N° 82

P. 221-227 - août 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • « S’il vous plaît, je ne voudrais pas mourir ici » : réflexions sur les enjeux de la migration chez l’âgé
  • C. Eyoum, Y. Cellier, I. Jalenques
| Article suivant Article suivant
  • L’hypocondrie du vieillissement ou la solution impossible
  • A. Bonnet, L. Fernandez, J.L. Pedinielli

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.