Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Enseignements de l’approche organo-dynamique de l’acouphène - 01/08/14

Doi : 10.1016/j.evopsy.2013.07.006 
Nicolas Dauman
 Docteur en psychologie, psychologue clinicien, membre associé de la CRPC-CAPS, EA-4050, UFR Sciences humaines et arts, département de psychologie, université de Poitiers, bâtiment A4, 3, rue Théodore-Lefebvre, 86000 Poitiers, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 10
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Nous proposons dans ce travail une analyse critique de l’épistémologie du Traité des Hallucinations de Henri Ey, à partir d’une lecture centrée sur la catégorie des éidolies hallucinosiques, relevant d’une pathologie fonctionnelle, par opposition aux hallucinations délirantes. Cette analyse porte spécialement sur la phénoménologie des acouphènes, que les neurosciences contemporaines désignent du terme de perception auditive fantôme.

Méthode

L’œuvre psychiatrique de Henri Ey (principalement le Traité des Hallucinations [2006], les Études psychiatriques [2006] et Neurologie et Psychiatrie [1998]), constitue le corpus de cette analyse de la théorie organo-dynamique de l’hallucination. Ce travail rapproche la mise en garde de l’auteur sur l’illustration de l’expérience individuelle et la structuration du Traité selon deux modalités distinctes d’hallucination.

Résultats

En parachevant sa pathogénie jusqu’« au plus élémentaire » des phénomènes hallucinatoires – dont l’acouphène est l’illustration même – la structure du Traité conduit Henri Ey à un paradoxe quant au caractère anomique de toute hallucination. Souscrivant ici à un schématisme refusé pour l’hallucination délirante, il réifie cette fausse perception dans la matérialité du déficit sensoriel qui la circonscrit. La remarque vaut pour le modèle contemporain de la perception auditive fantôme, qui procède également à une topologie implicite de l’indication subjective, dont la relativité formelle appartient à la seule perception.

Discussion

Ce paradoxe ouvre une perspective nouvelle sur la souffrance des sujets présentant un acouphène : celle d’une approche du discours subjectif émancipée de sa simple convergence avec un déficit d’appareil. Au-delà d’une réification de l’indication subjective, l’étude de l’énonciation singulière de la souffrance personnelle se présente ainsi à l’horizon de l’épistémologie organo-dynamique.

Conclusions

À notre époque où l’imagerie cérébrale semble annuler l’expérience intersubjective, par la représentation visuelle d’une indication insaisissable, Henri Ey nous permet de penser une exigence d’une étonnante modernité : une écoute psychothérapeutique n’est possible qu’à la condition d’être iconoclaste. S’il veut instaurer un dialogue avec le sujet qui souffre d’acouphène, le clinicien doit congédier de sa pensée les images qu’il s’en fait.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objective

In this article, we make a critical analysis of the Traité des Hallucinations by the French psychiatrist Henri Ey (1900–1977) and his organo-dynamic theory, that is focused on the functional pathology in contrast to the delirious hallucination. The analysis is dedicated in particular to the phenomenology of tinnitus (i.e. ringing in the ear[s]) that is currently labelled a “phantom auditory perception” by contemporary neurosciences.

Method

The analysis was conducted from a thorough reading of the psychiatric work of Henri Ey, mainly his important “Traité des Hallucinations” (2006), “Études psychiatriques” (2006) and “Neurologie et Psychiatrie” (1998). Following his warning regarding a pathological reality (hallucination) that cannot be seized “by draft and outlines”, in this report we address the understanding of the patient's discourse beyond its convergence with the experimental facts.

Results

Because he wanted to include in the pathogeny of his treatise the “most elementary one” – e.g. tinnitus in the auditory sense – Henri Ey felt in the conception he did not support himself, that is to compare hallucination to a “kind of” perception. Having distinguished the delirious from the functional hallucinations (that correlate with sensory deprivation), he could not avoid reifying them within the sensory deficit, leading again to the concept of perception. This remark can be applied to the contemporary neurophysiological model of the “phantom auditory perception”, which also casts the patient's discourse on a frame with its relativity and proportions that belong to the field of perception (“elementary” vs. “complex” phenomena).

Discussion

The paradox of drafting functional hallucination as an elementary perception supports a new perspective on suffering from tinnitus, that is not restricted to an understanding of the convergence between the subjective discourse and a sensory deficit. Beyond a reification of the subjective indication arising inside the body (i.e. tinnitus), the study of the individual enunciation of the suffering appears on the horizon of the organo-dynamic theory. A psychodynamic approach of this new issue on tinnitus has been supported by the author and a colleague.

Conclusions

Whilst today the magnetic resonance imaging seems to nullify the intersubjective reality, by showing visual correlates of this intangible phenomenon, Henri Ey allows us to recognize a surprisingly modern requirement: a psychotherapeutic listening to tinnitus patients has to be iconoclastic. If the aim is to set-up an individual dialogue with the tinnitus sufferer, the clinician must remove in his mind the images he created about it.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Acouphène, Perception sensorielle, Perception auditive fantôme, Hallucination, Psychiatrie, Neurophysiologie, Psychologie, Étude théorique

Keywords : Tinnitus, Perception, Phantom auditory perception, Hallucination, Psychiatry, Neurophysiology, Psychology, Theoretical study


Plan


 Toute référence à cet article doit porter mention : Dauman N. Enseignements de l’approche organo-dynamique de l’acouphène. Evol Psychiatr XXXX; Vol. (No): pages (pour la version papier) ou adresse URL et [date de consultation] (pour la version électronique).


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 79 - N° 3

P. 557-566 - juillet 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Psychiatrie et ambiance
  • Christophe Chaperot, Adrien Altobelli
| Article suivant Article suivant
  • Trouble alimentaire précoce avec une cause organique associée : complémentarité des approches
  • Thomas Cascales, Jean-Pierre Olives, Jean-Philippe Raynaud, Gérard Pirlot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.