S'abonner

Les troubles urinaires du bas appareil (TUBA) dans la pratique du médecin sexologue : comment mieux prendre en charge nos patients - 01/08/14

Doi : 10.1016/j.sexol.2014.07.003 
A. Corman
 Directeur d’enseignement CHU Toulouse III, président du Syndicat national des médecins sexologues. 10 rue de la Trinité, 31000 Toulouse, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’interaction entre les troubles urinaires du bas appareil (TUBA), souvent causés par une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), et les dysfonctions sexuelles est à ce jour une réalité clinique de mieux en mieux documentée.

Cette interaction repose sur plusieurs liaisons ayant toutes une incidence clinique : épidémiologique puisque plus de 50 % des hommes âgés de 50 ans ou plus peuvent présenter cette association, physiopathologique avec la dysfonction érectile (DE) - l’HBP étant un facteur de risque indépendant de DE - et avec les troubles de l’éjaculation (près de 46 % des patients présentant des TUBA) et une liaison cognitive en raison des correspondances socio-culturelles identificatoires fortes entre TUBA, DE et vieillissement. Cet article propose au médecin sexologue une démarche clinique pour reconnaître, évaluer, et intégrer les TUBA lorsqu’ils sont présents chez un patient venu consulter pour une dysfonction sexuelle.

Le médecin sexologue est souvent en première ligne pour dépister des TUBA à travers la prise en charge de dysfonctions sexuelles dont ils peuvent être de grands pourvoyeurs. Il peut aussi alerter le médecin traitant et l’urologue de l’importance de la qualité de vie sexuelle pour ces patients. Quoi qu’il en soit, il est fondamental que le médecin sexologue puisse rendre possible une réflexion sur le choix thérapeutique avec le médecin traitant et l’urologue. C’est à cette condition que nos patients seront mieux soignés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

The interaction between lower urinary tract symptoms (LUTS), often caused by benign prostatic hyperplasia (BPH), and sexual dysfunction is today an increasingly well-documented clinical reality.

This interaction is based on several factors, all with a clinical incidence: epidemiological since more than 50 % of men 50 years or older can present this association, physiopathological with erectile dysfunction (ED) (BPH is a risk factor independent of ED) and with ejaculation disorders (nearly 46 % of patients presenting LUTS), and a cognitive factor stemming from the strong sociocultural connections related to self-identity between LUTS, ED, and aging. This article provides to the medical sexologist a clinical approach to recognize, evaluate, and integrate LUTS when they are present in a patient consulting for sexual dysfunction. The sexual medicine practicioner is often on the front line to screen for LUTS through management of sexual dysfunction and can also alert the family physician and urologist to the importance of the quality of sexual life for these patients. Nonetheless, it is fundamental that the sexual medicine practicioner be able to facilitate a reflection on the choice of therapy with the family physician and the urologist, mandatory for patients to receive the best possible care.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Troubles urinaires, Dysfonction sexuelles, Médecin sexologue, Pratique clinique

Keywords : Low Urinary Tract, Symptoms, Sexual dysfunction, Sexual medicine practitioner, Cliniccil practice


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 23 - N° 3

P. 134-139 - juillet 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Dommage et préjudice sexuel : « l’importance de la médecine expertale »
  • P. Collard
| Article suivant Article suivant
  • Prise en charge médicale des symptômes du bas appareil urinaire (SBAU) en rapport avec une hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) (SBAU-HBP) : Impact sur la fonction sexuelle - Revue de la littérature
  • D. Chevallier, J. Amiel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.