Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Incidence des événements indésirables associés aux soins en médecine générale : l’étude ESPRIT 2013 - 07/08/14

Doi : 10.1016/j.respe.2014.06.025 
P. Michel a, A. Mosnier b, M. Kret c, M. Chanelière d, M. Keriel-Gascou d, J. Brami e, f
a Direction de l’organisation, de la qualité et des relations avec les usagers, Hospices Civils de Lyon, Lyon, France 
b Coordination du Réseau des GROG & Open Rome, Paris, France 
c Comité de coordination de l’évaluation clinique et de la qualité en Aquitaine (CCECQA), Bordeaux, France 
d Département de médecine générale, EA 4128 Santé, individu, société, Université Lyon I, Lyon, France 
e Faculté de médecine Paris-Descartes, Paris, France 
f Direction de l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins, Haute Autorité de santé (HAS), Paris/Saint-Denis, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Estimer en France l’incidence des événements indésirables associés aux soins (EIAS) en médecine générale et en décrire la typologie.

Méthode

Étude épidémiologique transversale de type « une semaine donnée », chez des médecins généralistes (MG) en 2013. Un EIAS était défini comme un « événement ou circonstance associé aux soins qui aurait pu entraîner ou a entraîné une atteinte pour un patient, et dont on souhaite qu’il ne se reproduise pas de nouveau ». La population était l’ensemble des patients vus ou contactés par un échantillon de MG d’un réseau de surveillance et formés par téléphone. Le recueil de données était fait en ligne. Un séminaire de MG experts a permis de valider chaque EIAS, le classer selon deux taxonomies et définir son caractère évitable ou non.

Résultats

Au total, 79 % des MG contactés (127/160) ont participé à l’étude, permettant de recueillir 13 438 actes. L’incidence des EIAS évitables est de 22 pour 1000 actes (2/MG/semaine). Ces EIAS étaient principalement en rapport avec des problèmes d’organisation du cabinet (42 %) ou du parcours de soins (21 %) ; moins souvent avec des défauts de connaissances du MG (20 %) ou une perte de temps liée au patient (10 %). Pour 73 % des patients, l’EIAS n’a eu aucune conséquence clinique, pour 25 % une incapacité temporaire et 2 % des EIAS étaient des événements indésirables graves.

Conclusion

La fréquence de ces événements, même non graves, nécessite la définition d’actions de prévention. Les résultats de cette première estimation française sont proches de ceux publiés dans d’autres pays.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Sécurité des patients, Soins primaires, Épidémiologie, Événements indésirables


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 62 - N° S5

P. S178-S179 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Élaboration d’un programme de gestion des risques dans les organisations pluriprofessionnelles en soins primaires comme les centres, pôles et maisons de santé pluridisciplinaires : étude Pluriprofessionalité et gestion des Risques par un programme Multifacette en soins primaires (PRisM)
  • M. Keriel-Gascou, K. Buchet-Poyau, J.-P. Dubois, M. Chanelière, A. Haeringer-Cholet, C. Colin
| Article suivant Article suivant
  • Les contacts d’un patient hospitalisé sont facteurs de risque de colonisation par S. aureus
  • T. Obadia, E. Fleury, D. Guillemot, P.-Y. Boëlle

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.