Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Part de l’activité professionnelle dans la survenue du syndrome du canal carpien dans deux départements français - 07/08/14

Doi : 10.1016/j.respe.2014.06.056 
N. Fouquet a, b, F. Sillam a, C. Ha a, G. Raimbeau b, Y. Roquelaure b
a Département santé travail, Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France 
b Laboratoire d’ergonomie et d’épidémiologie en santé au travail – Unité associée InVS, SFR ICAT, Université d’Angers, faculté de médecine, Angers, France 

Résumé

Introduction

Le syndrome du canal carpien (SCC), trouble musculo-squelettique consécutif à la compression du nerf médian à la base de la paume de la main, est la maladie professionnelle la plus fréquemment indemnisée par le régime général. L’objectif est d’estimer la part attribuable à l’activité professionnelle dans la survenue du SCC en population générale.

Méthodes

Les habitants âgés de 20 à 59ans opérés d’un SCC en Maine-et-Loire en 2002–2003, et dans les Bouches-du-Rhône en 2007–2008, ont été repérés grâce aux données des établissements pratiquant cette intervention. La contribution des facteurs professionnels au SCC a été quantifiée grâce à la fraction de risque attribuable chez les exposés (FRAE), proportion de cas attribuables à une profession parmi les personnes exerçant cette profession. Après comparaison des résultats des deux départements, une analyse poolée des données a été effectuée.

Résultats

Au total, 1500 personnes (dont 1053 femmes) ont été opérées en Maine-et-Loire et 864 (dont 673 femmes) dans les Bouches-du-Rhône. Le risque relatif ajusté sur l’âge associé au fait d’occuper un emploi au moment de l’opération était de 2,0 [1,5–2,6] chez les hommes et de 1,7 [1,5–2,0] chez les femmes. Les catégories professionnelles à fort risque étaient les ouvriers et les employés des deux sexes, et les agricultrices exploitantes. La FRAE variait de 32 % (employés hommes) à 75 % (ouvriers des deux sexes).

Discussion

Les professions ainsi repérées sont celles exposant à des tâches pénibles. De tels résultats peuvent constituer un outil d’aide à la prise en charge et à la décision quant à la reconnaissance en maladie professionnelle.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Troubles musculo-squelettiques, Surveillance, Syndrome du canal carpien, Fraction de risque attribuable


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 62 - N° S5

P. S188 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Asthme et changements de métier chez des infirmières
  • O. Dumas, R. Varraso, J.P. Zock, P.K. Henneberger, F.E. Speizer, A.S. Wiley, N. Le Moual, C.A. Camargo
| Article suivant Article suivant
  • Incidence des douleurs aux genoux et les facteurs professionnels associés dans une population d’actifs représentative
  • E. Herquelot, J. Bodin, A. Leclerc, M. Goldberg, Y. Roquelaure, A. Descatha

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.