Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La surveillance épidémiologique des défenestrations accidentelles d’enfants en France : enquêtes 2005, 2006 et 2013 - 07/08/14

Doi : 10.1016/j.respe.2014.06.130 
A. Pasquereau a, P. Meyer b, B. Thélot a
a Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France 
b Hôpital Necker–Enfants-malades, Paris, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les chutes accidentelles de grande hauteur, appelées « défenestrations », sont des accidents de la vie courante aux conséquences redoutables, d’autant plus qu’ils surviennent surtout chez les très jeunes enfants.

Méthodes

Les enquêtes Défenestrations ont pour objectif de décrire le nombre, les circonstances et la gravité des chutes accidentelles de grande hauteur d’enfants. Après une première enquête en 2005, deux enquêtes ont été menées du 15 mars au 15 octobre 2006 et 2013 dans trois régions (Île-de-France, Nord-Pas-de-Calais, Provence-Alpes-Côte d’Azur), sur toutes les chutes accidentelles de 3 mètres ou plus, d’enfants âgés de moins de 15ans.

Résultats

Pendant les sept mois de l’enquête 2013, 76 défenestrations ont été recensées (taux d’incidence 1,9/100 000). Il s’agissait surtout d’enfants âgés de moins de 6ans (62 %), majoritairement des garçons (70 %). Dans 49 % des cas la chute a eu lieu alors que l’ouverture disposait d’une protection, qui a donc été inefficace. Dans 82 % des chutes un adulte était présent. Un meuble se trouvait sous l’ouvrant dans la moitié des cas. Neuf enfants sont décédés (12 %), 8 ont gardé des séquelles dont 3 sévères. La comparaison des trois enquêtes montre peu de différence de caractéristiques des accidents. Cependant le nombre de cas a diminué entre 2006 (106 cas) et 2013 (76).

Discussion

Les actions de prévention initiées en 2006 en France doivent être poursuivies : recommandation de surveillance des enfants par les adultes, pas de meuble sous les ouvrants, systèmes d’ouverture de fenêtre adaptés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Défenestration accidentelle, Chute, Enfant, Épidémiologie


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 62 - N° S5

P. S211-S212 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Traumatismes graves du bassin secondaire à un accident de la route, département du Rhône, Lyon, France
  • A. Ndiaye, B. Gadegbeku, J.-L. Martin, B. Laumon
| Article suivant Article suivant
  • Recours aux urgences pour traumatisme crânien : résultats de l’enquête EPAC, France métropolitaine, 2012
  • G. Pédrono, L. Lasbeur, A. Pasquereau, B. Thélot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.