Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Résistance bactérienne et prescription antibiotique : perceptions, attitudes et connaissances d’un échantillon de médecins hospitaliers. Étude au CHU Sahloul – Sousse – Tunisie - 07/08/14

Doi : 10.1016/j.respe.2014.06.191 
M. Ben Rejeb, L. Marzougui, M. Ben Fradj, O. Bouallègue, H. Said-Latiri
 Prévention et sécurité des soins, CHU Sahloul, Sousse, Tunisie 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La résistance bactérienne est un problème à l’échelon mondial n’épargnant pas la Tunisie. À l’échelle locale, la situation au CHU Sahloul devient très alarmante. L’objectif de ce travail est d’évaluer les perceptions, les connaissances et les pratiques des médecins hospitalo-universitaires en matière de résistance bactérienne et de prescription des antibiotiques.

Méthode

Il s’agit d’une étude descriptive transversale de type CAP réalisée au CHU Sahloul entre 1er avril 2013 et le 30 juin 2013. Cette étude était exhaustive intéressant tous les médecins hospitalo-universitaires et les internes prescripteurs d’antibiotiques. Ont été exclues les spécialités fondamentales. L’instrument de mesure a été inspiré de celui de l’enquête de Naqvi et al.

Résultats

Au total, 217 médecins ont été inclus dans l’étude répartis en 112 internes et 105 seniors. Parmi eux, 190 ont répondu à notre questionnaire. Ce qui correspond à un taux global de réponse de 87,5 %. Deux facteurs influençaient majoritairement les médecins dans leur prescription des antibiotiques : la consultation des guides de pratique et des recommandations (76,3 %) et leur expérience passée (74,2 %). Les deux scénarii pour lesquelles tous les médecins étaient les plus confiants étaient : poser le bon diagnostic infectieux et interpréter correctement les résultats des examens complémentaires. Par ailleurs les seniors étaient plus confiants que les internes dans tous les scénarii. Les deux mesures perçues par nos médecins comme les plus utiles pour améliorer la prescription antibiotique étaient : les formations et les recommandations. La résistance bactérienne a été perçue respectivement comme un problème national, au CHU et dans la pratique quotidienne par 92,1 % ; 95,8 % et 80 % des médecins. Par ailleurs, il n’existait pas de différence significative relative à cette perception aux trois niveaux entre les internes et les seniors. Les deux facteurs perçus comme causes les plus certaines de la résistance étaient : l’excès de prescription antibiotique et la prescription excessive des antibiotiques à large spectre. Enfin, les connaissances des participants relatives à la prévalence de la résistance bactérienne et du mésusage des antibiotiques étaient très médiocres.

Conclusion

Cette étude apporte des pistes de réflexion pour améliorer la politique du bon usage des antibiotiques dans notre établissement. Ces données méritent d’être confirmées dans d’autres hôpitaux tunisiens afin d’étudier leur validité externe.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 62 - N° S5

P. S230-S231 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Pourquoi la femme est-elle plus touchée par le sida ?
  • F. Ammour, Z.A. Fouatih, A. Benabdellah
| Article suivant Article suivant
  • Surveillance épidémiologique des méningites de 2007 à 2012, Préfecture de Rabat, Maroc
  • N. Bennani Mechita, A. Elabbassi, E. Raoui, I. Jroundi, M. Mrabet, R. Razine

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.