Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Parasitoses cutanées (en dehors des ectoparasitoses) et manifestations cutanées des parasitoses extracutanées - 01/01/00

[98-415-A-10]
Valérie Gallais : Chef de clinique-assistant
Service de dermatologie du professeur L Laroche, hôpital Avicenne, 125, rue de Stalingrad, 93000 Bobigny  France
Olivier Chosidow : Maître de conférences des Universités, praticien hospitalier, service de médecine interne du professeur S Herson
Éric Caumes : Praticien hospitalier, service des maladies infectieuses du professeur F Bricaire
Hôpital Pitié-Salpêtrière, 47-83 boulevard de l'Hôpital, 75651 Paris cedex 13 France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 13
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Dermatologie

Résumé

Les interactions entre peau et parasites sont nombreuses. Elles sont liées au mode de pénétration cutanée, au développement du parasite sur les phanères ou dans la peau, aux manifestations allergiques induites par un parasite en migration, à une impasse parasitaire. Les plus fréquentes des parasitoses cutanées en France sont les ectoparasitoses comme la gale et la pédiculose du cuir chevelu, la trichomonase vaginale et les piqûres ou morsures d'arthropodes. Le rôle pathogène de Demodex folliculorum est controversé. Les dirofilarioses, les hypodermoses, l'ankylostomose cutanée et la dermatite cercarienne sont les autres parasitoses autochtones, mais elles sont rares. Une urticaire aiguë peut révéler une trichinellose, une toxocarose, une anisakiase, une distomatose hépatique, une hydatidose fissuraire, ou une helminthiase intestinale en phase d'invasion. En médecine tropicale, les parasitoses cutanées les plus fréquentes sont les leishmanioses, les filarioses (filarioses lymphatiques, loase, onchocercose), la tungose et les myiases. Le syndrome de larva migrans cutanée peut être dû à une larva migrans cutanée ankylostomienne, à une gnathostomose ou à une larva currens. La dracunculose est de moins en moins observée. Des manifestations cutanées peuvent être observées au cours de la trypanosomiase africaine, de la maladie de Chagas, de l'amibiase, de la bilharziose et de la cysticercose, mais elles sont rarement révélatrices de la maladie.

Plan



© 2000  Elsevier, Paris. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.