Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Échographie pulmonaire pour l’anesthésie en chirurgie thoracique : contrôle de la ventilation uni-pulmonaire et suivi échographique postopératoire - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.219 
P. Smilevitch 1, 2, , O. Mathe 2, J.-M. Conil 2, L. Brouchet 2, V. Minville 2, O. Fourcade 2
1 DAR A, CHRU Lapeyronie, Montpellier 
2 CHRU, Toulouse, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le but de ce travail était d’étudier l’intérêt de l’échographie pulmonaire pour l’anesthésie en chirurgie thoracique. Nous avons émis l’hypothèse qu’un examen échographique pulmonaire rapide pouvait prédire la qualité de l’exclusion lors de la ventilation uni-pulmonaire (VUP). Un suivi échographique postopératoire était également réalisé, à la recherche d’éventuelles complications respiratoires.

Matériel et méthodes

Étude prospective observationnelle monocentrique menée après accord du CEERB et consentement éclairé des patients. Étaient inclus des patients adultes admis pour une chirurgie thoracique avec utilisation de sondes double lumière de type gauche ou droit. Après intubation orotrachéale conventionnelle et vérifications cliniques, l’échographie pulmonaire était réalisée par un observateur senior. L’exclusion était jugée satisfaisante en cas de glissement pleural aboli avec un pouls pleural augmenté. Le critère de jugement était la qualité de l’exclusion évaluée par le chirurgien à l’ouverture pleurale. En cas de difficultés de positionnement de la sonde, une fibroscopie bronchique était réalisée secondairement. Un suivi échographique postopératoire était réalisé à j0, j1 et j2 avec réalisation d’un score de lignes B [1].

Résultats

Trente-six patients ont été inclus. À l’ouverture pleurale, 14 % des patients présentaient une mauvaise exclusion lors de l’évaluation par le chirurgien. L’échographie était plus précise que l’examen clinique pour prédire la qualité de l’exclusion (Cf. Tableau 1). Cette imagerie permettait d’améliorer en temps réel le positionnement de la sonde chez 3 patients. Il existait un lien entre la survenue de complications respiratoires post opératoires et le nombre de lignes B à j2 sur le poumon non opéré (p=0,04). L’échographie du poumon opéré était difficile chez 21 % des patients du fait d’un emphysème sous cutané, le glissement pleural y était fréquemment aboli dès J1 évoquant l’apparition d’une symphyse pleurale.

Discussion

Cette étude préliminaire montre qu’une échographie pulmonaire peut prédire la qualité de l’exclusion rapportée par le chirurgien lors de la VUP. Une optimisation du positionnement de la sonde sous contrôle échographique est possible. Cette technique d’imagerie présente par ailleurs probablement un intérêt dans le suivi postopératoire des patients de chirurgie thoracique. Il importe de retenir que cette technique est basée sur des signes indirects (témoignant de la présence ou de l’absence de ventilation du poumon étudié), la sonde d’intubation n’est jamais visualisée à l’imagerie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A132-A133 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Utilité de l’échographie pulmonaire dans le suivi peropératoire de l’atélectasie induite par le pneumopéritoine
  • A. Monastesse, F. Girard, N. Massicotte, C. Chartrand-Lefebvre, S. Larrivée, M. Girard
| Article suivant Article suivant
  • Apport de l’échographie dans réalisation de la trachéotomie percutanée en réanimation
  • M. Hamdi, M. Boussofara, F. Klai

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.