Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pollution électromagnétique de très basse fréquence au bloc opératoire : quelles sont les sources, l’intensité journalière et la distance minimale de sécurité ? - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.252 
M. Sesay , P. Tauzin-Fin, F. Barbe, A. Chehab, B. Maachi, M. Penna, M. Stockle, M. Biais, K. Nouette-Gaulain
 SAR3, CHU Pellegrin, Bordeaux, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

De nombreux appareils électriques et électroniques sont utilisés au bloc opératoire (BO) dans le diagnostique, traitement et surveillance des patients. En situation de marche, ces appareils émettent des ondes électromagnétiques (EM) de très basses fréquences (TBF : 50/60Hz) d’intensité variable. Selon certaines études, l’exposition aux ondes EM-TBF (>2 mG : milliGauss) serait nocive pour la santé [1] mais d’autres n’ont trouvé aucun lien de cause à effet [2]. Ainsi, l’organisation mondiale de la santé incite à promouvoir la recherche dans ce domaine afin de clarifier la situation [3]. À notre connaissance, il n’y pas d’études récentes sur l’exposition aux champs EM dans les BO [4, 5]. Les buts de cette étude ont été de détecter les sources, de déterminer l’intensité journalière de cette pollution et d’estimer la distance minimale de sécurité.

Matériel et méthodes

Après avis du CCP, cette étude observationnelle a été conduite dans 10 BO. La mesure des champs électriques (CE) et champs magnétiques (CM) a été réalisée avec l’analyseur ME 3030B M/E (Gigahertz solutions, Allemagne) en 3 étapes :

détection des sources de pollution EM : appareils à émission de CM>2mG selon la norme Suédoise [4] ;

détermination de l’intensité journalière en mesurant les CE et CM dans chaque BO, hors activité de 6–7h (appareils éteints) et en activité de 8–10h ; 12–14h et 16–18h pendant 3jours ;

estimation de la distance minimale de sécurité (DMS) définie comme la distance entre la source et le point où le CM2 mG.

Les données ont été analysées par modèle mixte pour mesures répétées avec un p<0,05 considéré comme significatif.

Résultats

Les mesures de base (appareils éteints) : CE=11±4V/m et CM : 1,5±0,7 mG. Parmi les 100 appareils testés dans les 10 BO, 20 % étaient détectés comme polluants dont les principaux, par catégories de fonction :

systèmes de réchauffage (Bair Hugger®, WarmTouch®, intensité moyenne de CE 25±7V/m et CM 17±8 mG ; distance minimale de sécurité 30±5cm) ;

microscopes (Leica®, Zeiss®, Pentero®, intensité moyenne de CE 29±7V/m et CM 16±9 mG avec une distance minimale de sécurité de 120±25cm) ;

pousse seringues électriques (Fresinus Kabi®) CE 22±8V/m et CM 13±6 mG, distance minimale de sécurité 22±5cm. Il n’y avait pas de variabilité journalière significative.

Discussion

Cette étude montre qu’environ 20 % d’appareils utilisés au BO émettent des champs magnétiques >2 mG. L’éloignement de ces appareils à une distance de sécurité (spécifique à chaque appareil) des patients et des soignants pourrait éviter l’exposition de ces derniers aux CM. Nous n’avons évalué qu’une faible partie des appareils utilisés dans notre institution. Les différences architecturales des BO et de matériels médicaux existes d’une institution à l’autre. Ainsi nous suggérons une évaluation spécifique à chaque BO afin de prendre des mesures préventives adéquates.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A151 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Récupération rapide après prothèse totale de hanche et de genou : lever précoce et facteurs déterminant le jour de sortie
  • H. Weickmans, S. Rouanet, D. Rosenthal, D. Durupty, G. Bertrand, C. Ecoffey
| Article suivant Article suivant
  • Sinistralité liée à une erreur de coté, d’organe ou de personne : données SHAM
  • A. Theissen, F. Fuz, A. Follet, P. Trouiller, C. de Vaumas, J. Jobard, S. Arzalier-Daret, G. de Saint-Maurice, P. Niccolai, Comité analyse et maîtrise des risques SFAR

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.