Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dispositifs de déclaration d’évènements porteurs de risque : un besoin de formation - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.263 
T. Fauvet 1, , T. Geeraerts 2, S. Ponsonnard 1, N. Nathan-Denizot 1, J. Cros 1
1 Anesthésie réanimation, CHU de Limoges, Limoges 
2 Anesthésie réanimation, CHU, Toulouse, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les événements indésirables associés aux soins (EIAS) sont fréquents et souvent évitables. Les facteurs humains jouent un rôle important dans la survenue de ces événements et notamment dans leur évitabilité [1]. La déclaration d’événements, qu’ils soient ou non associés à des conséquences pour le patient sont encouragés à l’échelle nationale et institutionnel car cela permettrait de réduire la survenue d’événements indésirables graves (EIG) [2]. Cependant, il semble exister une sous déclaration de ces événements. L’objectif de cette étude est d’évaluer les connaissances du personnel médical et paramédical des mécanismes de déclaration ainsi que de comprendre les raisons de la sous déclaration.

Matériel et méthodes

Un questionnaire en ligne a été envoyé à l’ensemble des personnels médicaux et paramédicaux des services d’anesthésie-réanimation du CHU de Toulouse et de Limoges. Ce questionnaire comprennait 9 questions, sur la profession, l’expérience et les lieux d’exercice du participant ainsi que sur la fréquence ressentie des EIAS, la connaissance des mécanismes de déclaration et l’expérience de ces outils. Enfin, il était demandé les conséquences supposées d’une déclaration. L’ensemble du personnel médical et paramédical avait été préalablement contacté par e-mail avec une explication de l’étude et une courte introduction à propos des problématiques soulevées par les EIAS. L’ensemble des données recueillies de manière anonymisée a été analysé par le logiciel.

Résultats

Sur une période de deux semaines 151 réponses ont été recueillies, 103 médecins (49 médecins thésés, 54 internes) et 48 paramédicaux (24 IADE, 18 IDE et 6 AS). Les EIAS étaient perçus comme peu fréquents c’est-à-dire une fois par semaine au maximum par 75 % des participants à l’étude. Quarante pour cent des répondants annonçaient être capables de déclarer un EIAS et 36 % avaient déjà réalisé une procédure de déclaration d’événement. Parmi ceux qui connaissaient l’outil, 72 % avaient déjà déclaré un évènement. La profession n’influençait pas ces résultats. Par contre, les professionnels les plus expérimentés (plus de 5ans d’expérience n=63) avaient significativement plus déclaré que les professionnels avec moins de 5ans d’expérience (n=88) : respectivement 49 % vs 27 % (p=0,0096). La déclaration d’évènement était perçue comme ayant des conséquences négatives sur l’ambiance dans l’équipe par 40 % des participants, sur leur carrière par 42 % et sur l’impression que leurs collègues ont de leurs performances par 60 %. L’expérience et la profession n’influançaient pas ces résultats.

Discussion

La sous-déclaration des événements indésirables associés aux soins semble lié à une méconnaissance des systèmes de déclaration. La fréquence des événements est sous-estimée par l’ensemble du personnel soignant. Un proportion importante des participants perçoivent des conséquences négatives aux procédures ce qui pourrait être une autre explication à la sous-déclaration. Une formation sur la détection et la déclaration des événements pourrait permettre une amélioration de ces chiffres ainsi qu’un changement culturel.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A157-A158 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation des pratiques professionnelles – prise en charge nutritionnelle périopératoire des patients âgés opérés d’une fracture de l’extrémité supérieure du fémur au CH de Dieppe
  • E. Occhiali, J.-C. Barat, N. Devos
| Article suivant Article suivant
  • Déclaration informatisée des événements indésirables : un outil pour la mise en place des CREX (comités de retour d’expérience) en anesthésie
  • J. Bordes, P. Esnault, F. Sautet, N. Barbier, L. Villemont, E. Kaiser

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.