Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Modification du réflexe de dilatation pupillaire par différentes concentrations de propofol - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.272 
M. Mazerolles , S. Lieutaud, A. Antonini, K. Taj, F. Atallah
 Haute Garonne, CHU Rangueil, Toulouse, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le réflexe de dilatation pupillaire (RDP) lors d’une stimulation cutanée électrique permet d’évaluer la sensibilité individuelle à la douleur. Il a été rapporté une interaction pharmacodynamique entre le propofol et le rémifentanil [1]. Nous évaluons à l’aide d’un pupillomètre (Algiscan, IDMed*) les variations de RDP lors de différentes concentrations de propofol pour une même concentration de rémifentanil (1ng/mL).

Patients et méthodes

Le vidéo pupillomètre Algiscan (IDMed*) permet une stimulation de 100Hz durant 1s à intensité croissante (10 à 60mA). Avant l’incision chirurgicale, les patients sont anesthésiés en AIVOC par propofol rémifentanil (1ng/mL). Chaque patient a été testé lors de 3 objectifs de concentration de propofol (2–6ng/mL). Nous évaluons la réactivité pupillaire en comparant les variations du RDP (%), lors de 3 concentrations de propofol. Nous observons pour ces mêmes états les variations de la TAM, fréquence cardiaque, BIS et du réflexe photomoteur (RPM). Tests statistiques entre les 3 objectifs concentrations: médiane, Anova.

Résultats

Nous analysons les données de 38 patients successifs, 114 mesures ont été réalisées. On n’a pas observé de variations significatives lors des 3 concentrations de propofol de la fréquence cardiaque. Les valeurs de la tension artérielle, du BIS du RDP et du RPM sont significativement plus basses lors de la concentration maximale (Tableau 1).

Discussion

L’algiscan* permet d’objectiver une diminution du RDP lors de forte concentration du propofol. Cela montre une diminution de la réponse pupillaire par le propofol lors d’une stimulation nociceptive électrique. Différents travaux montrent un effet anti nociceptif du propofol au niveau médullaire [2]. Cette approche pharmacodynamique peut aider à optimiser individuellement l’interaction avec le morphinique d’autant qu’il existe des patients non répondeurs à cet effet.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A162 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Indicateurs et pertinence : que vaut l’information délivrée par le DIM en cas d’hémorragie du post-partum ?
  • L. Janin, C. Ferrier, L. Didier, L. Ferlay, P. Hugot, B. Lensel, F. Laissus, M. Cattenoz, T. Lieutaud
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation d’un test simplifié prédictif de la douleur à la 24e heure postopératoire
  • M. Maarouf, F. Arndt-Vankemmel, S. Williaume, B. Charbit

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.