Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Réactivité pupillaire en réanimation : corrélation entre une analyse automatisée et une analyse clinique - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.276 
J. Marin 1, , R. Chabanne 1, S. Kauffmann 1, C. Fernandez Canal 1, B. Pereira 2, T. Gillart 3, P. Schoeffler 4
1 Neuroréanimation 
2 Délégation recherche clinique et innovation 
3 Réanimation médico chirurgicale 
4 Département anesthésie réanimation, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’analyse de la réactivité pupillaire est fondamentale dans l’évaluation des patients cérébrolésés. La disparition de ce réflexe du tronc cérébral est associée à des lésions cérébrales graves et à un mauvais pronostic. Cependant, cette donnée clinique reste subjective et délicate en raison des conditions d’examen et des facteurs physiopathologiques et médicamenteux interagissant avec la taille pupillaire et la qualité du réflexe. La vidéopupillométrie automatisée permet désormais une analyse précise et reproductible. Nous avons étudié la concordance de la réactivité pupillaire évaluée par pupillométrie et par l’examen clinique infirmier et médical.

Patients et méthodes

L’étude a été réalisée dans un service de réanimation polyvalente à orientation neurologique après accord du CPP et consentement des patients ou de leur représentant. La réactivité pupillaire de tous les patients a été évaluée chaque jour à l’aide d’un pupillomètre Neurolight Algiscan (IDMed) par des étudiants hospitaliers. Les données ont été comparées à l’examen clinique réalisé à la même heure et dans les mêmes conditions par l’infirmière en charge du patient et par un médecin réanimateur unique. L’analyse statistique a consisté en une étude de la concordance à l’aide du test Kappa.

Résultats

Trente-trois patients ont été évalués avec 324 mesures au total. L’âge moyen était 59±20ans, l’IGS2 moyen 47±18. Soixante-sept pour cent étaient neurolésés (7 traumatisés craniens, 7 hématomes intraparenchymateux spontanés, 4 hémorragies méningées anévrysmales et 3 encéphalopathies postanoxiques). Cinquante-quatre pour cent n’étaient pas sédatés et 52 % sevrés des catécholamines. Cinq pour cent des examens retrouvaient une aréactivité avec le pupillomètre contre 12 % pour les IDE et 16 % pour le médecin. Dans 52 cas, la réactivité pupillométrique était présente mais très faible (< 15 %). La corrélation était faible, au mieux Kappa 0,71 entre pupillométrie et infirmiers. Les discordances d’évaluation étaient associées à une réactivité pupillométrique<15 %, au phénotype « yeux marrons », aux patients neurolésés. Aucune discordance n’était retrouvée en cas d’aréactivité pupillométrique (Fig. 1).

Discussion

Il existe des discordances d’évaluation du réflexe pupillaire selon la technique et les examinateurs. La pupillométrie automatisée semble plus sensible que l’analyse clinique médicale et paramédicale, mettant en évidence des faux négatifs. Compte tenu de l’importance de cette évaluation, notamment concernant la prise de décision chez ce type de patient, il pourrait être intéressant d’utiliser la pupillométrie automatisée afin de valider une aréactivité clinique en pratique courante. Cependant, le collectif de notre étude et la faible fréquence d’aréactivité dans notre population ne permettent pas d’analyser précisément les facteurs associés aux discordances.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A164-A165 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Stimulation nerveuse transcutanée du parasympathique au niveau de l’oreille
  • A.-M. Largeron, D. Charier, R. Manet, F. Vassal, V. Pichot, J.-C. Barthelemy, S. Molliex
| Article suivant Article suivant
  • Effets de l’anesthésie et de la chirurgie sur l’incidence des dysfonctions cognitives postopératoires chez la souris
  • F. Labaste, M. Bennis, C. Vinel, C. Dray, P. Valet, B. Frances, V. Minville

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.