Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Comparaison de 2 méthodes de débriefing après simulation sur le score de compétence technique : étude DEBRIEF-SIM - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.337 
F. Ciceron 1, 2, , G. Besch 1, M. Benkhadra 3, Y. Gavand 2, J.-A. Rouge 2, 4, S. Pili-Floury 1, 2, E. Samain 1
1 Pole Anesthesie – Réanimation – Chirurgicale, CHU Minjoz, Besançon 
2 MED SIM Centre de simulation médicale de l’université de Franche Comte, Franche Comte 
3 Institut U-Seem, CHU Le Bocage, Dijon 
4 Ecole IADE, Institut de Formations des Professions de Santé, Besançon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’utilisation de la simulation, outil pédagogique indispensable en formation médicale ou paramédicale [1], reste compliquée car très consommatrice de temps d’enseignant et d’argent, notamment lors du debriefing [2]. Le debriefing d’une séance de simulation est habituellement réalisé par un instructeur de manière individuelle pour chaque candidat. Pour économiser du temps, il pourrait être remplacé par un debriefing collectif, dont la qualité pédagogique est mal documentée. Cette étude a pour objectif de comparer un debriefing collectif à un debriefing individuel après la simulation de la gestion en binôme d’une situation d’urgence vitale.

Matériel et méthodes

Après accord institutionel, cette étude prospective, bicentrique, randomisée, en intention de traiter, a inclus 48 binômes constitués d’un DES d’anesthésie-réanimation (DESAR) et d’un élève infirmier anesthésiste (EIADE) de 2 CHRU. Chaque binôme a été évalué à 6 semaines d’intervalle, sur la simulation d’un arrêt cardiaque chez une femme enceinte (SimMom, Laerdal® ; Noelle, Gomard®). Le groupe I bénéficiait d’un débriefing individuel après la première séance (visionnage de l’enregistrement vidéo en présence des instructeurs), le groupe C d’un debriefing collectif (présentations multimédia sur les critères techniques et non techniques en présence simultanée de 6 binômes). Un score de compétence technique (ST-34) (34 paramètres, 45 points) était mesuré en temps réel et en aveugle, par deux évaluateurs indépendants. Les participants ont évalué qualitativement chaque type de débriefing (questionnaire). Les résultats sont en m±DS [IC 95 %]. La non-infériorité du debriefing collectif (groupeC) par rapport au debriefing individuel (groupe I) était établie si la limite inférieure de l’intervalle de confiance de la différence entre la progression entre les 2 groupes était supérieure à –5. Un p<0,05 était considéré significatif.

Résultats

Vingt et un binômes dans le groupe I et 23 dans le groupe C ont été analysés. Les deux groupes sont comparables en termes de cursus d’étude des DESAR et EIADE. La progression du ST 34 dans les groupes I et C était respectivement de 2,1±3,8 [0,5–3,7] (p<0,05) et 5,1±3,9 [3,5–6,7] (p<0,0001) (Fig. 1). La différence entre la progression des 2 groupes était 2,71 [0,44–4,98], superieur au seuil de significativité retenu. Le débriefing individuel était considéré plus satisfaisant (DESAR : 91 % vs 2 % EIADE : 96 % vs 4 %) et plus stressant (DESAR : 75 % vs 25 %; EIADE : 25 % vs 75 %) que le débriefing collectif. Le temps passé au débriefing pour 6 binômes était respectivement de 162±24min pour le debriefing individuel et de 62±3min pour le debriefing collectif.

Discussion

L’amélioration des compétences techniques par l’intermédiaire de la simulation, n’est pas moins efficace avec un debriefing collectif qu’avec un debriefing individuel, mais est beaucoup plus rapide, ce qui pourrait être une source d’économie de moyen très important. Ce dernier reste cependant le debriefing préféré des participants bien qu’il soit considéré plus stressant.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A200-A201 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’enfant polytraumatisé : relever le défi de la prise en charge interdisciplinaire à l’aide de la simulation sur site
  • C. Chauvin, C. Bopp, G. Mahoudeau, I. Lacreuse, P. Diemunsch, T. Pottecher
| Article suivant Article suivant
  • Accueil des traumatisés graves en salle d’accueil des urgences vitales : apport d’un débriefing vidéo
  • B. Prunet, S. Beaume, J. Cotte, C. Nguyen, Y. Baudoin, E. Kaiser

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.