Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Administration des médicaments par voie parentérale en réanimation : évaluation des incompatibilités médicamenteuses - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.378 
M. Nouvel 1, , S. Parat 1, A. Lepape 2, V. Piriou 2
1 Pharmacie, Centre Hospitalier Lyon Sud, Pierre-Bénite cedex 
2 Reanimation, Centre Hospitalier Lyon Sud, Pierre-Bénite, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La voie intraveineuse est la principale voie d’administration des médicaments chez les patients de soins intensifs [1]. Dans ce contexte, se pose la problématique de l’administration simultanée de plusieurs médicaments sur une même voie d’administration [2], en sachant que le nombre de voies est limité chez ces patients. Les complications répertoriées dans la littérature font mention d’occlusions et de dysfonctionnements de cathéters réduisant potentiellement l’efficacité du traitement, des réactions inflammatoires locales et systémiques ainsi que les risques associés à la nécessité du changement de voies veineuses : thromboses, sepsis, insuffisance veineuse chronique, embolie pulmonaire [3]. L’objectif de ce travail est d’évaluer la fréquence des interactions physico-chimiques, d’identifier les médicaments les plus impliqués dans celles-ci et de créer un outil à destination du personnel médical et paramédical répertoriant les principales incompatibilités.

Matériel et méthodes

Une étude observationnelle a été réalisée en prospectif dans les deux services de réanimation du Centre Hospitalier Lyon Sud (CHLS). L’observation a été conduite un jour donné, réitérée à une semaine d’intervalle. Les patients présents d’une semaine sur l’autre n’ont été comptabilisés qu’une seule fois. Nous avons considéré que tous les médicaments injectables (continus et discontinus) ont été administrés en même temps. Tous les médicaments injectables en continus et discontinus ont été analysés en termes de compatibilité ou incopatibilités à l’aide des données issues du logiciel Stabilis® et du Trissel Handbook on injectable drugs 17th edition Trissel LA.

Résultats

Quarante-deux patients ont été inclus dont 57,1 % d’hommes. La moyenne d’âge est de 67±12ans. Le nombre moyen de médicaments injectables par patient est de 6,7±2,5. Soixante-cinq principes actifs ont été relevés pour un total de 962 associations médicamenteuses. Un total de 51,9 % des associations sont compatibles, 8,5 % sont incompatibles, et 39,6 % sont sans données disponibles. Les médicaments les plus impliqués dans les interactions physico-chimiques sont le pantoprazole (15,2 %), le furosémide (12,8 %), le midazolam (8,5 %), et l’amiodarone (7,3 %). Les 3 principaux couples d’interactions physico-chimiques sont : furosémide/midazolam (6,1 %), amiodarone/furosémide (4,9 %) et ciprofloxacine/furosémide (4,9 %).

Discussion

Un premier travail avait conduit à l’élaboration de règles, les amines et les médicaments sédatifs devant être administrés sur des lumières séparées de la voie veineuse centrale. L’étude ne répertorie aucune association à risque d’interactions parmi la liste des médicaments cités ci-dessus. Les médicaments identifiés, sources d’interactions médicamenteuses représentent 70,4 % des prescriptions médicamenteuses, et font partie du top dix des consommations annuelles médicamenteuses. Cette étude a été réalisée sur 2jours, sur la base du postulat que tous les médicaments étaient administrés au même moment, nous devons compléter cette étude par le relevé des horaires et de la voie d’administration (distale/proximale ou médiane). Un tableau à double entrée regroupant les associations incompatibles a été construit.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A224-A225 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation de la prescription et de l’administration des anti-infectieux en réanimation polyvalente et unité de surveillance continue : E.P.A.A.R.U
  • N. Demars, C. Roisin, D. Prat, A.-S. Dumenil, K. Hadj Mahfoud, D. Laoubi, R. Haddad-Si Ali, P. Trouiller
| Article suivant Article suivant
  • Les complications chirurgicales des transplantations rénales
  • M. Lazraq, H. Taibi, Y. Maanaoui, O. Charri, R. Cherkab, W. Haddad, C. Elkettani, L. Barrou, F. Meziane, B. Ramdani

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.