Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les patients en arrêt des thérapeutiques actives en réanimation peuvent-ils être une nouvelle source d’organes ? - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.382 
J. Massot , G. Cheisson, J. Duranteau
 Anesthésie-Réanimation, Hôpital de Bicêtre, Kremlin-Bicêtre, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Après la mise en place des procédures de prélèvement d’organes chez les patients après un arrêt circulatoire (Maastricht I et II), l’ouverture au don d’organe des patients en arrêt cardiaque après une décision de limitation en réanimation (Maastricht III) serait susceptible de réduire l’inadéquation entre le nombre de donneurs et le nombre de malades en attente d’une greffe [1, 2]. L’objectif de cette étude a été de savoir quel serait le nombre de patients éligibles et leurs caractéristiques ainsi que le nombre de greffons potentiellement transplantables.

Matériel et méthodes

Il s’agit d’une étude monocentrique rétrospective observationnelle conduite dans une réanimation chirurgicale entre mai 2012 et mai 2013. Tous les patients ne présentant pas de contre-indication au don d’organes ont été inclus. La période d’ischémie chaude fonctionnelle a été définie comme le temps où la pression artérielle systolique est inférieure à 50mmHg ou la saturation en oxygène est inférieure à 70 %. La durée d’ischémie chaude fonctionnelle contre-indiquant le prélèvement est de 120minutes pour le rein, 60minutes pour le pancréas et de 30minutes pour le foie [3].

Résultats

Parmi les patients, 22 décédés après une décision d’arrêt ou de limitation des thérapeutiques ont été inclus. La durée médiane entre l’extubation et le décès a été de 139minutes [20;570] soit 2heures et 19minutes. La durée médiane d’ischémie chaude fonctionnelle a été de 47minutes [20;60]. Parmi ces patients, 6 ont eu des durées d’ischémie chaude fonctionnelle compatible avec un prélèvement. Sur ces 6 patients, 12 reins, 0 pancréas et 2 foies auraient pu être théoriquement prélevables. Les temps médians sont résumés sur la Fig. 1.

Discussion

L’ouverture au don des patients en arrêt cardiaque après une décision d’arrêt des thérapeutiques en réanimation permettrait une augmentation modeste du nombre de greffons disponibles pour une greffe.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A227 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Implication des proches dans la décision de limitation des soins en réanimation
  • C. Labarriere, S. Robin, P. Baro, M. Durand, J. Duret, J.-F. Payen, P. Albaladejo
| Article suivant Article suivant
  • Les déterminants des décès des patients ayant consulté en urgence pour douleur thoracique : analyse de dossiers de réclamations 2009–2010
  • A.-L. Feral-Pierssens, T. Houselstein, P. Juvin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.