Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Faisabilité du court-circuit de la salle de surveillance post-interventionnelle (SSPI) après intervention pour cataracte sous-topique en ambulatoire (avec ou sans sédation de confort) et surveillance anesthésique - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.390 
J. Chommeloux 1, , J. Guignard 2, S. Cardine-Boutin 3, G. Chaine 4, P. Terracher 2, C. Baillard 1, 2
1 Service Anesthesie Reanimation, Hôpital Avicenne, Bobigny 
2 Service Anesthesie Reanimation 
3 Service Ophtalmologie, Centre Hospitalier Intercommunal de Montreuil (CHIM), Montreuil 
4 Service Ophtalmologie, Hôpital Avicenne, Bobigny, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le recours systématique à la SSPI au décours d’actes réalisés en ambulatoire (UCAA) est discuté notamment par la HAS. Le court-circuit a pour objectif d’améliorer le confort du patient sans altérer sa sécurité dans le respect de « l’esprit » du décret de 1994. Dans nos 2 établissements, le parcours des patients opérés d’une cataracte (PKE) sous-topique en ambulatoire (avec ou sans sédation de confort) et surveillance anesthésique prévoit la possibilité d’un court-circuit de la SSPI (CCPI). L’objectif de ce travail est d’évaluer la pertinence, la faisabilité et la sécurité du CCPI dans cette indication.

Matériel et méthodes

Étude observationnelle rétrospective puis prospective, bicentrique. Nous avons analysé les dossiers des patients admis en UCAA sur la période 2012 et 2013 dans un CHU et un CHG proches. Le CCPI a été mis en œuvre depuis 2007 au CHU et octobre 2012 au CHG. Une formalisation avec traçabilité (CCPIFOR) comprenant notamment le score d’Aldret modifié, réalisé avant la sortie de la salle interventionnelle vers l’UCAA et l’apposition de la signature du chirurgien et de l’anesthésiste a été mise en place en février 2013 dans le CHG et en décembre 2013 dans le CHU. Au CHG, notre base de données en SSPI nous a permis d’analyser rétrospectivement les informations concernant la période antérieure au CCPI (janvier 2010 à octobre 2012). Une évaluation prospective du CCPIFOR a été ensuite réalisée. Un questionnaire de satisfaction proposé aux patients comprenait la récupération des moyens physiques à la sortie du bloc opératoire et de l’UCAA et la satisfaction globale.

Résultats

Sur la période antérieure au CCPI (base de données CHG), n=845, la durée, médiane (IQR 25-75), du séjour en SSPI était de 35 (26–43) mins et 9 évènements étaient rapportés (5 NVPO, 1 hyperglycémie et 3 attentes brancardages prolongées). Sur la période postérieure au CCPI, n=483, 4 (0,8 %) patients se sont avérés non éligibles au CCPI : un cas anticipé dès la consultation d’anesthésie, deux cas d’hypertension et un cas d’hypotension artérielle. L’analyse du CCPIFOR (données préliminaires) a inclus 278 patients (123 au CHG et 156 au CHU), (cf Tableau 1) (médiane IQR 25-75). Deux cent trente patients ont répondu au questionnaire et un seul n’a pas été satisfait de son séjour. La récupération des moyens physiques à la sortie du bloc opératoire a été jugé insuffisante pour 5 patients, cette appréciation persistait pour 3 d’entre eux à la sortie de l’UCAA. Sept évènements ont été observés : 2 céphalées, 4 hypertensions, 1 NVPO et un retour en SSPI pour malaise. Aucun patient n’a nécessité un lit de recours.

Discussion

Un court-circuit de la SSPI dans un cadre organisationnel strict impliquant le chirurgien est réalisable et simplifie le parcours du patient sans altérer la sécurité et la qualité de la prise en charge.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A231 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le Maastricht III : une modalité confidentielle de prélèvement d’organes ?
  • L. Lemoine, L. Neron, A. Hamidi, A. Leon, J.-P. Graftieaux
| Article suivant Article suivant
  • Intubation difficile chez l’enfant : intérêt de la « technique à 3 mains »
  • C. Bopp, F. Barthomeuf, C. Chauvin, G. Carrenard, P. Diemunsch

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.