Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intérêt du TAP bloc continu échoguidé pour la réhabilitation et l’analgésie postopératoire en transplantation rénale : étude KTAP - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.400 
A. Payan 1, , L. Ottolenghi 1, S. Roullet 1, A. Quinart 1, F. Sztark 2
1 Anesthésie urovasculaire, greffes hépatiques et rénales SAR1, CHU Pellegrin 
2 SAR1, CHU de Bordeaux et Université de Bordeaux, Bordeaux, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le Transversus Abdominis Plane (TAP) bloc améliore l’analgésie postopératoire après chirurgie abdominale [1]. Rares sont les données de la littérature concernant son efficacité après chirurgie de transplantation rénale [2]. L’étude KTAP évalue l’intérêt d’un TAP bloc continu avec mise en place échoguidée d’un cathéter pour infusion d’anesthésiques locaux (AL) sur le premier lever et l’analgésie postopératoire des patients transplantés rénaux.

Matériel et méthodes

Après accord du CPP et information des patients, nous avons mené une étude monocentrique de type avant/après sur 2 périodes de 6mois : mai à octobre 2012 (cohorte rétrospective : groupe H) et mai à octobre 2013 (cohorte prospective : groupe K) chez les patients transplantés rénaux en fosse iliaque de plus de 18ans. Dans le groupe H était effectué un TAP bloc échoguidé préincisionnel single shot avec 20mL de ropivacaïne (R) 7,5mg/mL. Pour les patients du groupe K, en plus du TAP bloc préincisionnel était effectué à la fermeture chirurgicale un TAP bloc continu avec pose échoguidée d’un cathéter pour infusion de R 2mg/mL à 5mL/h pendant 48heures. Dans les 2 groupes, l’analgésie intraveineuse comprenait paracétamol, tramadol, titration morphinique. Les scores de douleur étaient suivis au repos et à la mobilisation par échelle numérique (EN). Les données cliniques et paracliniques du groupe K étaient comparées à celles du groupe historique H. Le critère principal était la survenue du premier lever postopératoire. Une surveillance de la toxicité systémique de l’AL (dosage plasmatique de R totale à H48) et du cathéter (risque infectieux) a été réalisée dans le groupe K. L’analyse statistique a été réalisée par les tests de Mann Whitney pour les données quantitatives, tests du Chi2 et Fisher pour les données qualitatives avec p<0,05 significatif.

Résultats

Sur 117 patients éligibles, 84 ont été analysés (30 dans le groupe H, 54 dans le groupe K). Les raisons des exclusions étaient les suivantes : TAP non effectué et dossier manquant dans le groupe H, cathéters non posés et dossiers incomplets dans le groupe K. Les groupes étaient comparables (âge, sexe, score ASA). Les principaux résultats sont exprimés dans le tableau suivant (Tableau 1, médiane et interquartile). L’étude pharmacocinétique révèle un seul dosage sanguin de R totale supérieur au seuil toxique (>2μg/mL) à H48 sans signe clinique associé. Sur 32 cathéters analysés en microbiologie, on note 2 colonisations sans infection systémique.

Discussion

La réalisation d’un TAP bloc continu échoguidé en chirurgie de transplantation rénale permet une amélioration significative du délai médian du premier lever, ainsi qu’une meilleure prise en charge analgésique : consommation d’opiacés et scores de douleur à la mobilisation moindres durant les 48 premières heures. Le TAP bloc continu pourrait ainsi s’intégrer au programme de réhabilitation postopératoire de cette chirurgie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A237 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Chirurgie bariatrique et anesthésie intraveineuse automatisée : apport de la prévention des nausées et vomissements postopératoires par ondansatron et daxamathasone
  • A. Bataille, A. Charmeau, J.-F. Letourneulx, P. Lemedioni, P. Leger, T. Chazot, N. Liu, M. Fischler
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation du TAP bloc échoguidé pour analgésie après abdominoplastie : étude randomisée en double insu contre placebo
  • N. Hoarau, A. Lasserre, L. Beylacq, L. Svartz, A. Benard, P. Pelissier, V. Pinsolle, K. Nouette-Gaulain

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.