Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Positionnement du cathéter : monitorage de l’ECG endocavitaire. Expérience dans un département d’anesthésie - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.425 
H. Rosay , A. Boiza, M. Cellupica, C. Thoumazet, H. Sebban, P. Bachmann, S. Martin-Pouderoux, F. Montange, E. Aubert, C. Tassin
 Département d’Anesthésie-Réanimation, Centre Léon-Bérard, Lyon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le positionnement correct des cathéters veineux centraux (CVC) est essentiel pour éviter les complications. L’HAS, dans sa check-list, recommande une iconographie sans privilégier de méthodes spécifiques. En France, la radioscopie est la méthode de référence pour la mise en place du CVC pour la période peropératoire. L’utilisation de techniques alternatives n’est pas généralisée dans notre pays. Un regain récent de littérature [1] ainsi que les contraintes sur la législation autour des radiations ionisantes ont sensibilisé les poseurs. La méthode de l’ECG endocavitaire peut être utilisée lors de la pose de tous types de CVC afin d’affiner leur position centrale à la jonction atriocave. L’utilisation de l’ECG endocavitaire se déroule en plusieurs étapes : 1. Le cathéter est introduit à la longueur théorique (15 à 20cm pour un abord jugulaire et de 30 à 50cm pour un piccline) ; 2. Il est relié à l’ECG par un connecteur relié à une électrode lectrice qui permet d’afficher l’ECG endocavitaire. Le cathéter est rincé avec du Nacl 0,9 %. Celui-ci agit comme conducteur ; 3. Cette onde P sinusale grandie et s’amplifie à l’approche de l’oreillette pour devenir maximale à la jonction atrio-cave et présente avant l’onde P diphasique si le cathéter est trop loin dans l’oreillette droite.

Matériel et méthodes

Les poseurs de l’unité vasculaire de l’établissement ont utilisé sur 2ans systématiquement le monitorage ECG endocavitaire pour la pose de leur CVC (nautilus, Sherlock). En 2012, il ont systématiquement confirmé leur positionnement par une scopie peropératoire. En 2013, il ont privilégier au maximum leur pose SANS radioscopie réalisant secondairement leur vérification dans le service de radiologie. Les auteurs présentent leur résultat concernant la position des cathéters et le niveau d’irradiation pendant le geste.

Résultats

Tous les CVC sont à la jonction atriocave entre 0 à 2 vertèbres sous la carène à la radiographie pulmonaire de face en position debout, et en inspiration forcée. Les poses de PICC, de Jugulaires internes (JI) sous ECG est passé de janvier 2012 à décembre 2013 de 0 % à 97 %. Le taux d’irradiation pour ces mêmes CVC est a été divisé par 200 (Fig. 1).

Discussion

Le zéro scopie n’a pas été possible car seul un appareil était présent sur le plateau opératoire. Par ailleurs, la scopie sera toujours nécessaire pour les CVC longue durée chez des patients aux antécédants de CVC car les risques de thrombose, de sténose sont relativement fréquents. Les avantages de l’ECG endocavitaire par rapport à la radiologie sont :

– l’absence d’irradiation pour le soignant et pour le patient ;

– l’utilisation possible lorsque l’interprétation en scopie est difficile : pneumonectomie, arthrodèse du rachis thoracique ;

– une amélioration du confort pour les soignants ne portant plus les tabliers de plombs ; réduction du coût (matériel, dosimétrie…) ;

– pose possible, pour le Piccline « au lit du patient (bedside) » sans scopie ; possibilité d’archivage.

L’ECG endocavitaire est une technique efficace pour placer l’extrémité distale d’un CVC. Couplé à l’échographie lors de la ponction, et archivé dans le dossier, il devrait permettre d’éviter toute radiographie de contrôle chez la majorité des patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A251-A252 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Augmentation de la surface de la veine sous-clavière selon la position du bras : étude préliminaire échographique
  • M. Sadek, C. Roger, P. Jeannes, K. Solecki, S. Bastide, L. Elotmani, A. Dupeyron, G. Cayla, J.-Y. Lefrant, L. Muller
| Article suivant Article suivant
  • Concordance de la mesure non invasive de l’hémoglobine par Pulse CO-oxymétrie avec des mesures laboratorielles
  • E.P. Souza Neto, J.F. Cursino de Moura, J.L. Carneiro, O. Lalier Junior, P.F. Mortatti

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.