Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L’Hôpital Public sous tension démographique en Île-de-France à l’horizon 2020 ? - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.441 
S. Pontone 1, 2, 3, , N. Brouard 3, J. Hubin 2, S. Dahmani 4
1 Service d’Anesthésie Réanimation, hôpital Robert-Debré, AP–HP 
2 Siège – DMA, AP–HP 
3 Unité Mortalité Santé Épidémiologie, INED 
4 Service Anesthésie Réanimation, hôpital Robert-Debré, AP–HP, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

« Disposer d’une bonne connaissance de la situation des personnels hospitaliers et d’analyses prospectives pertinentes indispensables pour faire évoluer l’offre de soins » est une recommandation de la Cour des Comptes [1]. Elle impose une étude démographique présentée dans ce travail.

Matériel et méthodes

Les effectifs pour l’AP–HP sont les médecins rémunérés au 31 décembre 2012 par spécialités et grades (PU-PH, MCU-PH, PH, praticiens attachés et contractuels) ; ceux d’Île-de-France sont extraits du RNPS [2]. Les flux des entrées (DES diplômés par spécialité) entre 2012 et 2016 ont été estimés à partir des places à l’ECN publiées au JO de 2006 à 2012, et confrontés aux flux de formation relevés par l’ARS d’IDF. Pour tenir compte des médecins à diplôme étranger, nous avons analysé les données régionales des premières inscriptions à l’Ordre selon le type de diplôme (DES, diplôme UE et hors UE) entre 2007 et 2012 et de spécialité. L’analyse démographique a été réalisée en confrontant les départs à la retraite (65ans) et les entrées selon deux hypothèses : DES seuls (hypothèse 1), DES et flux migratoires (hypothèse 2).

Résultats

Entre 2015 et 2019, près de 1500 médecins (300 par an) cesseront leur activité par départ à la retraite, soit 15 % des effectifs de l’AP–HP. Sur la base des 27 disciplines accessibles par un DES (hors DES de médecine générale) et/ou par un DESC de chirurgie, on prévoit 1058 départs par an en IDF. En regard, la Région verrait s’inscrire à l’Ordre chaque année 707 spécialistes dont 482 DES et DESC. Ainsi, on ne renouvellerait le corps médical qu’à hauteur de 48 % (DES seuls) ou 67 % (DES et flux migratoires) des sorties prévisibles entre 2015 et 2019 avec pour corollaire une baisse d’environ 350 spécialistes par an. Les taux de remplacement sont de 46 % en anatomie et cytologie pathologiques (ACP), 51 % en anesthésie réanimation (AR), 40 % en médecine nucléaire et biophysique (MN) et 37 % en radiologie (R) (hypothèse 1). Ils augmentent à 69 % en ACP, 90 % en AR, 56 % en MN et 62 % en radiologie (hypothèse 2). Les disciplines chirurgicales ont aussi des taux de remplacement bas : 21 % en OPH et chirurgie viscérale, 42 % en ORL et 52 % en vasculaire, peu modifiés par les flux migratoires, respectivement 33, 31, 58 et 73 %.

Discussion

En Île-de-France, seule la moitié des départs à la retraite des spécialistes seront renouvelés par les médecins formés en France, les deux tiers si l’on tient compte aussi des médecins à diplôme étranger. Le plan stratégique 2015–2019 de l’AP–HP s’inscrit donc dans un contexte démographique défavorable au plan régional pour un très grand nombre de spécialités (ACP, AR, médecine nucléaire, radiologie, OPH, ORL, chirurgies viscérale et vasculaire). En l’absence de mesures appropriées de GPEEC, notamment territoriales, la concurrence entre les établissements pour le recrutement des médecins les mieux formés persiste, conséquence d’une mobilité professionnelle accrue. Par ailleurs, la contraction des effectifs en Région et à l’AP–HP à organisation de travail et offre de soins inchangées représente un risque pour la qualité et la sécurité des soins.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A261 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La dexmédétomidine est-elle une alternative anesthésique au propofol dans l’anesthésie pour hystéroscopie diagnostique ?
  • S. Ben Marzouk, E. Abassi, L. Ben Nasr, Y. Marzougui, H. Jabri, H. Maghrebi
| Article suivant Article suivant
  • Impact des conditions de travail sur la santé du personnel d’un service d’anesthésie de CHU
  • M. Ahmed, T. Chevray, S. Ponsonnard, M. Druet-Cabanac, N. Nathan

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.