Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Antibioprophylaxie et appendicectomie de l’enfant : enquête de pratiques, épidémiologie bactérienne, évaluation d’un protocole d’antibioprophylaxie - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.457 
P. Bentzinger , C. Chauvin, C. Bopp, J.-F. Mayer, P. Diemunsch
 Pôle anesthésie-réanimations chirurgicales, Samu-Smur, CHU Strasbourg, Hôpital de Hautepierre, Strasbourg cedex, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’antibiothérapie peropératoire tient une place privilégiée dans la prise en charge de l’appendicectomie de l’enfant [1]. Un protocole d’antibioprophylaxie, proposé par les commissions responsables, est appliqué dans notre service depuis 2008. Il fait appel à l’association amoxicilline – acide clavulanique (AAC) ou, en cas d’allergie, à l’association métronidazole et gentamicine. Le but de notre travail est d’évaluer l’épidémiologie locale, les pratiques d’antibioprophylaxie, d’évaluer la pertinence du protocole institutionnel au vu des résultats bactériologiques, et d’évaluer l’intérêt de son adaptation.

Matériel et méthodes

Étude rétrospective menée dans le service de Chirurgie Pédiatrique des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg après avis favorable du comité d’éthique et recueil des consentements, portant sur l’ensemble des dossiers d’appendicectomies réalisées en urgence pour appendicite aiguë durant l’année 2011. Les critères évalués étaient : réalisation ou non d’un prélèvement bactériologique, la nature et la sensibilité du germe identifié, l’utilisation d’antibiotique peropératoire, le moment de son administration, ses agents et leur posologie ; le respect du protocole, l’incidence des complications infectieuses.

Résultats

Au total, 151 cas ont été analysés. Un prélèvement bactériologique peropératoire a été réalisé chez 62 % des patients. Les bactéries les plus fréquemment mises en évidences étaient des bacilles gram négatifs avec 54 % de l’ensemble des cultures réalisées positives à Escherichia coli, des anaérobies représentées majoritairement par le genre Bacteroides (32 % des cultures réalisées, 83 % des anaérobies), et des streptocoques du groupe « milleri » (21 %). Pseudomonas aeruginosa était retrouvé dans 8 % des cultures, et uniquement en cas d’appendicite aiguë supposée compliquée. Une antibiothérapie peropératoire était constatée dans 99 % des cas. Son administration était toujours ultérieure aux prélèvements bactériologiques. L’adhésion au protocole (molécule, posologie) était de 0 %. Les souches isolées étaient sensibles à l’antibiotique utilisé en dans 93 % des cas, valeur qui aurait été limitée à 43 % si le protocole avait été suivi. La sensibilité des souches d’Escherichia coli à l’AAC n’était que de 54 %. Les complications infectieuses postopératoires étaient notées dans 7 % des cas, malgré la sensibilité constante des bactéries isolées aux antibiotiques utilisés, qui n’aurait été que d’un tiers si le protocole avait été suivi.

Discussion

Le protocole d’antibioprophylaxie de l’appendicectomie chez l’enfant est peu respecté et les posologies sont régulièrement sous-évaluées. Le protocole institutionnel d’antibioprophylaxie semble perfectible, notamment par le choix de molécules plus régulièrement actives sur les souches d’Escherichia coli retrouvées. L’intérêt de couvrir Pseudomonas aeruginosa est discuté [2, 3]. Les améliorations pourraient s’intégrer dans une démarche commune fondée sur l’adaptation des antibiotiques aux constatations peropératoires et à l’écologie bactérienne locale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A270 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La thromboélastometrie : une aide à la gestion de l’hémostase des hémorragies du post-partum
  • P. Brunel, C. Bernet, N. Sens, B. Bryssine, M. Lefevre, V. Piriou, J.-S. David
| Article suivant Article suivant
  • Dyslipidémie et arrêt des statines : facteur de risque de pneumopathie après chirurgie cardiaque
  • A. Mazaud, S. Préau, F. Saulnier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.