Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Évaluation de la spectroscopie de proche infrarouge dans l’évolution vers un état de mort encéphalique : étude observationnelle prospective - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.465 
M. Koopman , A. Nadji, S. Mirek, N. Opprecht, J.-C. Combes, N. Defrance, C. Girard
 CHU de Dijon, Dijon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La spectroscopie de proche infrarouge est une technique de mesure non invasive de l’oxymétrie tissulaire (rSO2). Son utilisation en chirurgie cardiaque et carotidienne permet d’identifier une hypoxie cérébrale liée à une hypoperfusion cérébrale. Une variation de la rSO2 supérieure à 12 % est habituellement retenue comme indicateur d’ischémie cérébrale. La mort encéphalique (ME) est définie par l’arrêt complet de la perfusion cérébrale responsable d’une abolition totale et définitive de toute activité cérébrale. L’objectif de l’étude était d’observer la rSO2 cérébrale chez les patients cérébrolésés graves évoluant vers la ME, et tenter, le cas échéant, de définir une variation ou un seuil de la rSO2 correspondant au passage en ME.

Matériel et méthodes

L’étude était prospective et observationnelle, réalisée dans le service de Réanimation Traumatologique et Neurochirurgicale du CHU de Dijon, entre avril 2013 et janvier 2014. La population ciblée était constituée de patients cérébrolésés graves pour lesquels il existait une forte suspicion d’évolution vers la ME. Le système de monitorage était l’EQUANOX™ 7600 (NONIN® Medical Inc., Plymouth, MN, États-Unis). Deux capteurs 8004CA autocollants étaient mis en place sur le front du patient à l’inclusion, un en regard de l’hémisphère gauche et l’autre en regard de l’hémisphère droit. Le diagnostic de ME était confirmé par angioscanner cérébral. Après avis du CPP, l’étude a pu être entreprise hors loi Huriet.

Résultats

Quatre-vingt deux patients cérébrolésés graves ont été hospitalisé dans notre service durant la période de l’étude. Dix-sept patients ont été inclus, et 12 d’entre eux ont présenté une évolution vers la ME. Aucun patient ne présentait un état de ME à l’inclusion. La durée moyenne entre la mise en place du monitorage et la ME était de 35,8±19,6heures. Entre les valeurs initiales, et celles relevées au moment du diagnostic tomodensitométrique de ME, nous avons observé que la rSO2 diminuait, de manière non significative, en moyenne à gauche de 4,9 % (IC95 %,–15,7 % ±5,9 %), et à droite de 3,7 % (IC95 %,–18,9 % ±11,4 %). Trois patients présentaient une diminution de plus de 12 %, et 4 patients présentaient une augmentation de la rSO2 après la ME.

Discussion

Le monitorage des patients cérébrolésés graves par l’EQUANOX™ 7600 ne semble pas avoir d’intérêt pour détecter le passage en ME. L’interprétation du signal de rSO2 chez le patient cérébrolésé grave devrait être prudente. Des altérations du parenchyme cérébral peuvent mettre à défaut les algorithmes de calcul de la rSO2 qui ont été élaborés sur cerveau sain (altération de la répartition du compartiment vasculaire et altération du « differential pathlength factor » entre autre). Pendant la mort encéphalique, le parenchyme cérébral n’est plus oxygéné, mais son métabolisme tissulaire est également aboli. L’absence de variation significative de la rSO2 pendant le passage en ME dans notre étude pourrait être expliqué par une baisse simultanée du transport et de la consommation en oxygène du tissu cérébral.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A276 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Comparaison de 2 techniques de conservation des greffons de donneurs décédés d’un arrêt cardiaque
  • C. Delsuc, A. Faure, X. Matillon, V. Labeye, G. Marcotte, C. Guillaume, O. Martin, B. Floccard, T. Rimmelé
| Article suivant Article suivant
  • Confirmation paraclinique du diagnostic de mort encéphalique : étude des pratiques françaises
  • E. Ferret, J.-C. Orban, P. Jambou, C. Ichai

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.