Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pratique de l’analgésie postopératoire au Maghreb - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.471 
B. Hmamouchi 1, , N. Kanjaa 2, H. Barrou 2, M. Daghfous 3, I. Cherfy 4
1 Anesthésie réanimation, Chu Ibn Rochd, Casablanca 
2 Anesthésie réanimation, SMAR, Casablanca, Maroc 
3 Anesthésie réanimation, STAAR, Tunis, Tunisie 
4 Anesthésie réanimation, SAARSU, Alger, Algérie 

Auteur correspondsant.

Résumé

Introduction

La douleur postopératoire (DPO) dans notre pays reste sous-estimée, sous-évaluée et mal traitée [1]. Le but de ce travail est d’évaluer à l’échelle maghrébine, la qualité la de prise en charge de la DPO afin d’élaborer un référentiel maghrébin en analgésie postopératoire (APO).

Matériel et méthodes

Étude prospective descriptive de janvier à décembre 2012, réalisée au sein des différentes structures hospitalières du Maroc, d’Algérie et Tunisie .Un questionnaire a été rempli et a concerné : modalités pratiques de l’APO,évaluation,traitement,matériel et produits disponibles, qualité de formation et d’organisation, ainsi que les obstacles à une bonne prise en charge.

Résultats

Cent cinquante questionnaires étaient recueillis au Maroc, 114 en Algérie et 200 en Tunisie. La majorité des médecins interrogés étaient des anesthésistes (76 % pour le Maroc vs72 % pour l’Algérie). La prescription de l’APO était réalisée par un médecin anesthésiste (70 % au Maroc vs 63 % en Algérie, suivi des chirurgiens). Aucun médecin ni infirmier n’a été recensé en Algérie, contrairement au Maroc(médecins 6 % et infirmiers1 %). En Tunisie, la DPO jugée modérée à sévère a été retrouvée chez 93,6 % des patients opérés et l’APO était jugée efficace dans 79,2 %. L’évaluation était régulière dans 24 % au Maroc vs 8 % en Algérie et occasionnelle dans 70 % au Maroc vs 35 % en Algérie. La titration de morphine était réalisée en SSPI (90 % au Maroc vs 28 % en Algérie). La PCA n’a été utilisé que rarement (1 % au Maroc vs 3 % en Algérie). La morphine était utilisée par toutes les institutions tunisiennes vs 85 % au Maroc et 84 % en Algérie. L’analgésie péridurale a été fréquemment utilisée en Tunisie (34 %), vs18 % au Maroc et 7 % en Algérie. Le recours aux cathéters périnerveux était plus utilisé en Tunisie (41 %) vs 14 % au Maroc et 10 % en Algérie. La rachianalgésie et les blocs de paroi étaient moins pratiqués : 11 % et 6 % en Algérie vs 4 % et 10 % au Maroc. Le cathéter péridural et le neurostimulateur constituaient le matériel le plus demandé au Maroc et en Algérie : 80 % et 61 % vs 83 % et 32 %, tandis que pour la Tunisie, la PCA était plus requise. L’existence de protocoles écrits était notée plus en Tunisie(52 %) vs 12 % au Maroc et 8 % en Algérie. Les unité d’APO était observée au Maroc (6 %) et en Algérie (5 %). La gestion des effets secondaires au Maroc était assurée par un anesthésiste (66 %) par un infirmier en Algérie (63 %). Les obstacles à une bonne prise en charge de la DPO étaient : absence d’organisation(84 % au Maroc,70 % en Tunisie et 65 % en Algérie), la charge de travail (80 % au Maroc,40 % en Tunisie et 52 % en Algérie), une formation insuffisante (Tunisie et Algérie surtout :60 % et 70 % vs 10 % seulement au Maroc) et le manque de moyens (48 % au Maroc, 20 % en Tunisie et 48 % en Algérie).

Discussion

On note une insuffisance flagrante dans la prise en charge de la douleur. L’analgésie instaurée est inadéquate par manque de formation, de produits ou de surveillance postopératoire ainsi que l’absence d’organisation. Cet état des lieux était à la base de la rédaction, validation puis diffusion d’un référentiel maghrébin. L’instauration d’une législation concernant le droit du patient à une bonne analgésie est le seul moyen pour améliorer cet état des lieux.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A279 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prélèvement d’organes chez des personnes décédés après arrêt cardiaque consécutif à une décision d’arrêt et de limitation des thérapeutiques (Maastricht 3) : estimation d’un nombre de donneurs potentiels identifiables
  • M. Cornuault, J. Libot, J. Dantal, M. Videcoq, J.-P. Jacob
| Article suivant Article suivant
  • L’évaluation de l’analgésie postopératoire ciblée en chirurgie ambulatoire constitue un levier
  • C. Sochala, J. Vanooteghem, L. Moises, C. Mestdagh, H. Dubois, A. Chiche, N. Dagher, P. Guiot, F.X. Mille

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.