Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude BLOFARA (BLOc de la Face Analgésique pour Rhinoseptoplastie Ambulatoire) : essai prospectif randomisé contrôlé - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.486 
E. Boselli 1, 2, , C. Augris-Mathieu 1, G. Bégou 1, L. Bouvet 1, N. Diot-Junique 1, N. Rahali 1, E. Eschbach 1, B. Allaouchiche 1, 2
1 Anesthésie-Réanimation, Hôpital-Édouard Herriot, HCL 
2 Université Claude Bernard Lyon I, Université de Lyon, Lyon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Selon les recommandations formalisées d’experts de la SFAR de 2009, il est souhaitable d’utiliser les blocs périphériques pour la prise en charge de la douleur postopératoire des patients en chirurgie ambulatoire. Il existe peu de données concernant l’utilisation des blocs de la face en chirurgie ambulatoire ORL. Cette étude a pour but d’évaluer l’intérêt des blocs de la face pour l’analgésie après rhinoseptoplastie ambulatoire.

Matériel et méthodes

Il s’agit d’une étude randomisée, contrôlée, en double-aveugle versus placebo ayant les HCL comme promoteur (étude HCL/P 2012.774) intitulée BLOFARA (BLoc de la FAce Analgésique après Rhinoseptoplastie Ambulatoire). Après accord du CPP et recueil du consentant éclairé, 40 patients opérés d’une rhinoseptoplastie ambulatoire ont été inclus. Après l’induction par kétamine, propofol et rémifentanil, les patients ont été randomisés en deux groupes : bloc de la face (BF) et contrôle (C). Un bloc infraorbitaire (4mL) et infratrochléaire (1mL) bilatéral était réalisé avec 10mL de lévobupivacaïne à 2,5mg/mL dans le groupe BF et de NaCl à 0,9 % dans le groupe C. Pendant la phase d’entretien associant desflurane et rémifentanil, les patients recevaient tous 1g de paracétamol et 20mg de néfopam puis 0,1mL/kg de NaCl à 0,9 % dans le groupe BF et de morphine à 1mg/mL dans le groupe C. Une prophylaxie antiémétique par dexaméthasone et dropéridol était systématiquement associée pour tous les patients. En SSPI, les patients recevaient 2mg de morphine en titration toutes les 3min en cas d’ENS>3. Les seringues de l’étude étaient préparées selon une liste de randomisation par la pharmacie pour garantir l’aveugle. La critère de jugement principal était la consommation totale de morphine (peropératoire et SSPI). Un effectif d’au moins 14 patients par groupe était nécessaire pour démontrer une diminution de 50 % de la consommation totale de morphine avec un risque α de 5 % et une puissance de 90 %. Les données quantitatives ont été analysées par test de Student après vérification de la normalité de leur distribution (test de Kolmogorov-Smirnov) et les variables qualitatives par test de χ2. La significativité était retenue pour p<0,05.

Résultats

Au total, 36 patients ont été analysés. Quatre patient ont été exclus (2 retraits de consentement et 2 violations de protocole). Une diminution significative de la consommation de morphine et de la durée de SSPI était observée dans le groupe BF. Une patiente du groupe C a été hospitalisée 24h en raison d’effets indésirables de la morphine. Il n’a pas été observé de différence pour les autres critères secondaires de jugement. Les résultats en moyenne±SD ou n (%) sont présentés dans le tableau (Tableau 1).

Discussion

L’utilisation d’un bloc de la face bilatéral (infraorbitaire et infratrochléaire) lors d’une anesthésie générale pour rhinoseptoplastie ambulatoire associant desflurane et rémifentanil permet de diminuer la consommation de morphine peropératoire et de diminuer la durée de séjour en SSPI.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A288 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Surveillance anesthésique centralisée hors salle d’opération pour la chirurgie de la cataracte
  • J.-M. Devys, L. Salomon
| Article suivant Article suivant
  • Efficacité de l’anesthésie locorégionale (ALR) dans les algies faciales chroniques
  • C. Calot, E. Laforge, A. Lasserre, K. Nouette-Gaulain

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.