Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le tube laryngé : un moyen simple, rapide, fiable et facile d’apprentissage pour la gestion des voies aériennes par les infirmiers - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.073 
A. Gamelin , R. Myller, D. Fontaine, P. Dupez, Y. Lecras, P. Hertgen
 Service de santé et de secours médical, SDIS du Nord, Lille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le tube laryngé (TL) est inclus dans les recommandations internationales (ERC 2010) comme alternative à l’intubation lors de l’arrêt cardiaque. Plusieurs études démontrent son efficacité et sa simplicité d’utilisation. Dans le cadre de protocoles de soins d’urgence, il a été décidé de doter des infirmiers de notre service de ce dispositif pour permettre une ventilation efficace et une sécurisation des voies aériennes en attendant une présence médicale. Cette étude est un travail sur mannequin visant à évaluer leur capacité à l’utiliser après une courte formation.

Matériel et méthodes

Aucun détail du protocole n’était connu des participants avant l’étude. Après une formation théorique d’une heure identique pour tous, les évalués devaient insérer le TL dans les voies aériennes d’une tête d’intubation, en position neutre, à l’aide d’un TL avec dispositif de drainage de taille 4 (LTS-D, société VBM, Allemagne). Au début du test, le TL, la seringue vide et un ballon auto-remplisseur étaient posés sur la table. Les données collectées étaient : le temps nécessaire pour l’insertion (début du chronométrage lorsque l’infirmier prenait le TL en main et fin lors de la visualisation d’une expansion complète et symétrique des poumons artificiels), le nombre d’essais et les éventuelles erreurs ou corrections apportées. Un questionnaire leur été également remis concernant les données démographiques et l’éventuelle connaissance du dispositif avant la séance.

Résultats

Cent soixante-quatorze infirmiers ont participé à l’étude répartis en 51 % de femmes et 49 % d’hommes. L’âge moyen était de 34ans±7, 87 % étaient IDE, 8 % IADE, 2 % puéricultrices et 3 % cadres de santé. Trente-cinq pour cent d’entre eux travaillaient dans des services d’ urgences/SMUR, 7 % au bloc opératoire, 26 % en réanimation et 16 % avaient une activité libérale, les autres exerçaient dans des services de médecine, chirurgie, institut de formation. Un tiers de infirmiers connaissaient le dispositif d’un point de vue purement théorique (présentation en congrès) avant la formation et 10 % l’avait déjà utilisé (sur mannequin ou en situation réelle). Le temps moyen d’insertion était de 17,53s±5,95 (min : 9, max : 40, Q1 : 13, Q3 : 21). Dans 170 cas sur 174, le TL était inséré correctement dès le premier essai. Dans 4 cas, un second essai était suffisant. Aucun échec ne fut rencontré. Des instructions orales complémentaires ont été nécessaires dans 22 cas (12,6 %), le plus souvent pour palier à une insertion insuffisamment profonde (7 cas). Tous les participants trouvèrent le dispositif simple, confortable et se sentaient prêts à l’utiliser en situation réelle sans appréhension particulière.

Discussion

Le TL apparaît comme un dispositif simple à utiliser par les infirmiers sans nécessiter de formation longue. Son utilisation est très intuitive et permet d’offrir une ventilation efficace ainsi qu’une protection des voies aériennes en quelques secondes. Le taux de réussite de notre série est excellent et les avis des participants unanimes. Ces résultats sont à confirmer en situation réelle mais l’utilisation de ce dispositif par les infirmiers semble pouvoir se justifier dans la prise en charge de l’arrêt cardiaque en France dans le cadre de protocoles de soins d’urgence dans l’attente d’une assistance médicale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A42 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Performance d’une méthode acoustique non invasive pour monitorer la fréquence respiratoire en SSPI chez les patients obèses après une anesthésie générale
  • L. Géraud, D. Frasca, J.-M. Charrière, B. Debaene, O. Mimoz
| Article suivant Article suivant
  • Intérêt de l’utilisation d’un long mandrin béquillé (LMB) en première intention lors d’une intubation trachéale (IT) en Médecine d’Urgence Pré Hospitalière (MUPH)
  • J. Jaubert, L. Ginoux, P. Lakhnati, N. Roudiac, N. Nehili, G. Dhonneur, J.-L. Sebbah

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.