Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intubations de face en décubitus latéral sous vidéolaryngoscope : à propos de 233 cas - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.077 
E. Aubry , C. Vannucci, L. Bertram, G. Moulinié, T. Van Craenenbroeck, P.-F. Perrigault
 SAR C, CHU Montpellier, Montpellier, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Durant la deuxième phase d’anesthésie, en chirurgie éveillée pour prise en charge des gliomes situés dans les zones fonctionnelles du cerveau, l’intubation (IOT) par laryngoscopie traditionnelle directe est impossible en raison du positionnement du patient (décubitus latéral, tête fixée dans la têtière de Mayfield, sous les champs, face à l’anesthésiste) [1]. L’utilisation d’un masque laryngé ne garantit pas la protection totale des voies aériennes lors d’une anesthésie profonde pour chirurgie intracrânienne. L’objectif de cette étude était d’évaluer la faisabilité de l’IOT à l’aide d’un vidéolaryngoscope dans cette posture stéréotypée.

Matériel et méthodes

Étude prospective, observationnelle et monocentrique incluant des patients majeurs ayant bénéficié de l’exérèse d’un gliome en condition éveillée. Critères d’exclusion : reflux œsophagien patent et IMC>40. La deuxième anesthésie générale était d’emblée profonde, associant rémifentanil et propofol en mode AIVOC, sans recours à un curare. L’oxygénation et la ventilation étaient assurées par un masque facial en pression contrôlée. L’IOT était effectuée indifféremment par un IADE, un interne ou un senior à l’aide d’un vidéolaryngoscope avec écran séparé (Glidescope®). Facilité de ventilation, nombre de tentatives d’IOT, durée totale de la procédure (première introduction de la lame à première expiration), première PetC02 et complications étaient colligées. Les résultats sont exprimés en moyenne±écart type (ET) (Tableau 1, Fig. 1)

Résultats

Deux cent trente-trois patients consécutifs ont été inclus de septembre 2010 à février 2014 dont 53,6 % d’hommes, d’âge moyen 40ans (±11), IMC 24,5 (±3,7), et ASA 2 dans 79,9 % des cas. La ventilation du patient a été facile dans 97 % des cas. L’intubation a été réussie dès le premier essai dans 51 % des cas. Pour les 15 IOT impossibles (6,4 %) le recours au masque laryngé a toujours été efficace. À noter : un cas de régurgitation sans inhalation, ainsi qu’un gonflement cérébral brutal sans conséquence chirurgicale.

Discussion

Dans ce contexte d’intubation difficile prévue due à la posture chirurgicale, le Glidescope® paraît être un outil efficace et fiable pour l’IOT. La durée de notre procédure apparaît réduite comparée à d’autres techniques dans des conditions chirurgicales similaires (fibroscopie à travers un Fastrach® ou Igel) [2]. De plus, les échecs d’IOT, tous survenus chez des patients sans critère clinique d’intubation difficile semblent en rapport avec une mauvaise installation de la tête ou un déplacement secondaire du patient.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A44 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Comparaison du McGrath® MAC et du Laryngoscope direct chez l’enfant de 10 à 20 kg
  • A. Giraudon, M. Bordes-Demolis, N. Sibai de Panthou, F. Semjen, K. Nouette-Gaulain
| Article suivant Article suivant
  • La lame de McCoy a-t-elle un intérêt dans l’intubation difficile ?
  • O. Chaouch, A. Ghlala, I. Mendili, D. Sebki, M. Gharbi, A. Rebai, A. Ammous, A. Cherif

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.