Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Incidence et pronostic des arrêts cardiaques intra-hospitaliers chez les octogénaires – Étude observationnelle - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.083 
G. Buzançais , P. Burtin, J.-Y. M. Bigeon, C. Halchini, C. Charpentier, M. Barral, P. Courant
 Anesthésie-réanimation, clinique du Millénaire, Montpellier, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Récemment, une amélioration de la survie après arrêt cardiaque intra-hospitalier (ACIH) a été démontrée [1]. Le rôle pronostic de l’âge est néanmoins très discuté et les résultats varient selon les études [2, 3]. Les données actuelles sur les ACIH à un âge avancé sont rares. Nous avons mené une étude observationnelle afin de déterminer l’incidence et le pronostic des ACIH chez les patients de plus de 80ans.

Matériel et méthodes

Les ACIH sont définis par la présence d’un massage cardiaque et/ou d’un choc électrique externe (CEE). Tous les ACIH sont traités par une équipe d’urgence déclenchée par un numéro spécifique. Le formulaire de suivi comprend : les données démographiques, les comorbidités, le lieu, la chronologie, le rythme initial, les traitements entrepris, le nombre de CEE et la survie immédiate (SI) ; et pour les survivants : le score IGSII, la durée de séjour en réanimation, les thérapeutiques employées et la survie hospitalière (SH). Deux groupes définis en fonction de l’âge sont comparés : moins de 80ans (groupe 1), 80ans et plus (groupe 2).

Résultats

Du 01/01/2009 au 12/01/2013, 303 ACIH ont été inclus et 297 analysés (102 femmes). L’incidence est de 0,3 ACIH/lit/an (5,1 ACIH/1000 admissions). L’âge moyen est 70,9 (IC95 % [69,4–72,4]). La SI est de 63,2 % et la SH de 39,4 %. Le groupe 2 (n=94 ; 31,6 %) présente significativement plus de cardiopathie non ischémique (41,3 % vs. 28,3 %, p=0,027) et d’insuffisance rénale chronique (26,4 % vs. 11,8 %, p=0,002). On note également significativement moins de monitorage cardiaque (70,2 % vs. 82,3 %, p=0,019) et de CEE (43 % vs. 56,6 %, p=0,03) dans le groupe 2. Les différences entre les rythmes initiaux, la SI (Fig. 1), le délai de retour à un rythme spontané et la durée de réanimation ne sont pas significatives entre les groupes. Les durées de séjour en réanimation et de ventilation sont significativement inférieures dans le groupe 2 (p<0,05). La SH est significativement inférieure dans le groupe 2 (27,7 % vs. 40,6 %, p=0,031) (Fig. 1).

Discussion

Il s’agit de la première série européenne sur le sujet. 31,6 % des ACIH surviennent chez des patients de plus de 80ans dans notre établissement. La SI identique entre les 2 groupes ne permet pas de recommander de limiter les efforts de réanimation au-delà de 80ans dans notre établissement. La SH des patients de plus de 80ans apparaît liée aux comorbidités et aux conditions de survenue de l’ACIH. Bien que significativement plus faible, la SH des patients du groupe 2 est élevée en comparaison à la seule série publiée [3]. Ces résultats sont spécifiques à notre recrutement et à nos critères d’inclusion. Compte tenu de la forte incidence des ACIH de plus 80ans, des études sur le pronostic fonctionnel à long terme sont nécessaires. Nous pensons que l’âge n’est pas un facteur prépondérant dans l’identification des patients pour lesquels la réanimation cardiorespiratoire est futile.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A47-A48 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Arrêts cardiaques traumatiques en asystolie à l’arrivée des secours : la réanimation préhospitalière n’est pas futile
  • J. Escutnaire, GR RéAC
| Article suivant Article suivant
  • Effet de l’insufflation continue en oxygène et du massage cardiaque externe continu sur le volume de gaz insufflé dans l’estomac durant la réanimation cardiopulmonaire dans un modèle sur cadavre
  • N. Segal, D. Rerbal, E.-J. Voiglio, D. Jost, P.-Y. Dubien, V. Lanoe, M. Dhers, J.-P. Tourtier, P. Plaisance, P.-Y. Gueugniaud

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.