Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prise en charge des prééclampsies sévères en France : enquête de pratique nationale - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.017 
J. Feugeas 1, , F. Vial 1, K. Podrez 1, L. Petry 1, U. Cubuk 1, P. Guerci 1, K. Hosseini 2, H. Bouaziz 1
1 Anesthésie Réanimation, Maternité Régionale 
2 Épidémiologie et Évaluation Cliniques, CHU, Nancy, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La prééclampsie est une cause majeure de morbi-mortalité maternelle dans les pays occidentaux. Des recommandations formalisées d’experts (RFE) ont été publiées en 2009. L’objectif de cette étude était d’évaluer les pratiques professionnelles françaises nationales de prise en charge des patientes atteintes de prééclampsie sévère (PES) auprès des anesthésistes réanimateurs (MAR) membres du Club en Anesthésie Réanimation en Obstétrique (CARO).

Matériel et méthodes

Cette enquête de pratique a été réalisée à l’aide d’un questionnaire déposé en ligne sur le site du CARO comportant 41 items. La présence de protocoles, la prescription d’antihypertenseurs, et de sulfate de magnésium (MgSO4), la prise en charge des complications de la PES, de l’anesthésie et du post partum étaient évalués. Les données ont été rendues anonymes avant analyse. Une analyse descriptive a été effectuée et les résultats présentés en terme de proportion de réponses à chaque item.

Résultats

Le taux de réponses était de 47 %. Quatre-vingt quatorze pour cent des sondés connaissent les RFE. Un protocole spécifique de prise en charge des PES est présent sur site et dans les réseaux périnataux pour respectivement 76 % et 36 % d’entre eux. En cas de transfert, l’anesthésiste est intégré à la concertation pour 57 % des MAR. La nicardipine est le traitement antihypertenseur le plus utilisé (98 %). Un traitement par MgSO4 est instauré par 86 % des médecins en cas de PES avec signes neurologiques et 76,8 % en cas d’éclampsie. Une anesthésie générale à visée neuroprotectrice est pratiquée par 85,9 % des MAR en cas de récurrence des crises convulsives et 44,9 % des sondés réalisent une imagerie cérébrale. En cas de HELLP syndrome, une corticothérapie est utilisée par 18,1 % des MAR. Pour 85,6 % des anesthésistes, l’aspirine ne représente pas une contre-indication à la réalisation d’une anesthésie périmédullaire. En cas de rachianesthésie, une expansion volémique systématique est réalisée par 81,1 % des anesthésistes, majoritairement par des cristalloïdes (75,2 %). En cas d’anesthésie générale, une prévention du pic hypertensif lié à l’intubation est réalisée par 75,5 % des sondés à l’aide d’agents morphiniques (88 %). La durée de surveillance des PES en postpartum immédiat est de 48h pour 52,7 % des sondés et se fait essentiellement dans des structures de soins continus (57,6 %).

Discussion

Les RFE de 2009 sont globalement bien connues et bien appliquées, probablement du fait d’une standardisation des pratiques et de la présence de protocoles locaux. L’utilisation du MgSO4 est clairement validée, de même que la possibilité de mettre en place une anesthésie périmédullaire en cas de traitement par aspirine. Certains points restent à améliorer : la rédaction de protocoles dans les réseaux, l’absence de nécessité d’un remplissage vasculaire systématique en cas de rachianesthésie et de corticothérapie en cas de HELLP syndrome, et le manque d’intégration de l’anesthésiste dans la concertation de prise en charge.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A5-A6 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Effet de l’Albumine sur la prévention de l’insuffisance rénale aiguë dans la pré-éclampsie sévère
  • H. Jabri, I. Boussaidi, H. Attia, L. Bennasr, S. Ben Marzouk, H. Krimi, H. Maghrebi
| Article suivant Article suivant
  • Prise en charge médico-chirurgicale des hémorragies du post-partum dans une maternité de niveau 2b en 2013
  • L. Didier, C. Ferrier, L. Janin, L. Ferlay, B. Lensel, P. Hugot, M. Cattenoz, T. Lieutaud

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.