Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pneumopathies acquises sous ventilation mécanique en réanimation pédiatrique - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.136 
O. Charri , M. Lazraq, H. Taibi, K. Yaqini, B. Hmamouchi, A. Chlilek
 Anesthésie réanimation polyvalente, CHU Ibn Rochd, Casablanca, SMAR, Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les pneumopathies acquises sous ventilation mécanique (PAVM) constituent la deuxième cause d’infection nosocomiale en réanimation pédiatrique. Il y a 10ans de cela, l’incidence de survenue de PN dans notre unité était de 9 % [1].Véritable problème de santé publique, cette infection est source d’une morbi-mortalité élevée et d’une durée prolongée de séjour en réanimation. L’objectif de notre étude est de déterminer le profil épidémiologique et bactériologique des PAVM et d’évaluer le niveau de résistance aux antibiotiques des différents germes isolés afin d’instaurer la thérapeutique adéquate.

Matériel et méthodes

Étude rétrospective étalée sur une période de 1an, de janvier 2013 à décembre 2013, incluant tous les patients présentant une PNAVM hospitalisés au service de réanimation pédiatrique de notre CHU pendant plus de 48heures. Ont été colligés les données cliniques, biologiques, radiologiques, bactériologiques, ainsi que les évolutives de nos patients.

Résultats

Sur les 432 patients hospitalisés, 180 ont bénéficié d’une ventilation mécanique (41,6 %) avec survenue de PNAVM dans 22,2 % des cas. L’âge moyen était de 4,2±4ans avec un sex-ratio M/F=2,3. Les motifs d’hospitalisation les plus fréquents étaient : polytraumatisme (35 %) et état de mal convulsif (25 %). La durée moyenne d’hospitalisation était 17,5±2,5jours, le délai moyen d’apparition de la pneumopathie (PN) était 4,5±3,6jours. Dans 65 % des cas, la survenue de PNAVM était précoce, tandis qu’elle était d’apparition tardive dans 35 %des cas. La symptomatologie clinique était dominée par : la fièvre38,2°C (75,9 %), l’hyperleucocytose (81,5 %) et l’existence de sécrétions purulentes (68 %). La constatation d’un foyer unilatéral droit était le signe radiologique le plus fréquent (65 %). Dans 62,55 %des cas, les germes isolés étaient des bacilles gram négatifs (BGN), dominés essentiellement par l’Acinetobacter baumanii suivi de l’Haemophilus inflenzae. Les coccis gram positifs (CGP) représentaient 30 % de l’ensemble des germes isolés et étaient principalement dominés par le Staphylococcus aureus (15 %). Les bacilles gram positifs (BGP) et les levures ne représentaient que 7,5 %. L’association de plusieurs germes était retrouvée dans 10 % des cas. La résistance globale des germes aux antibiotiques était de 44 %. La majorité de nos patients (80 %) ont bénéficié d’un traitement antibiotique empirique en bithérapie et la durée moyenne du traitement était de 10jours (extrêmes de 8 à 21jours). Dans 60 % des cas, l’évolution était favorable. La mortalité imputable à la PN était de 13 %, essentiellement dominé par la survenue d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë SDRA (50 % des décès).

Discussion

L’incidence de la PN dans notre contexte est relativement élevée, avec un délai d’acquisition court et une croissance exponentielle des germes multirésistants observés. La morbi-mortalité non négligeable liée à la survenue des PN, justifient l’intérêt essentiel de la prévention, impliquant environnement, personnel soignant et patients. L’établissement de protocoles écrits avec une évaluation périodique, ainsi que la sensibilisation du personnel aux mesures d’hygiène, semblent être la solution pour diminuer l’incidence de survenue des PN en milieu de réanimation et d’en réduire la mortalité imputée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A84 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les méningites graves de l’enfant
  • H. Taibi, O. Charri, M. Lazraq, K. Yaqini, B. Hmamouchi, A. Chlilek
| Article suivant Article suivant
  • Extracorporeal membrane oxygenation (ECMO) et hernie diaphragmatique congénitale : l’expérience marseillaise
  • A. Mansuy, T. Gsell, J. Boubnova, F. Ughetto, O. Paut, F. Blanc

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.