Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pneumopathies acquises sous ventilation mécanique en neuro-réanimation : épidémiologie - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.150 
J.-F. Carabalona , E. Omar, C. Di Roio
 Réanimation neurologique (Dr F. Dailler), hôpital Pierre-Wertheimer, hospices civils de Lyon, Lyon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les patients cérébrolésés sont à haut risque de pneumopathie acquise sous ventilation mécanique (PAVM). Il y a peu de littérature sur l’incidence et les caractéristiques des PAVM chez ces patients. Le but de ce travail était de décrire les caractéristiques des PAVM chez les patients admis dans notre unité de neuro-réanimation.

Patients et méthodes

De janvier 2011 à décembre 2013, nous avons inclus l’ensemble des patients successifs hospitalisés pour une pathologie neurologique (traumatisme crânien grave, hémorragie sous-arachnoïdienne, accident vasculaire cérébral…) nécessitant une ventilation invasive de 48heures ou plus. Étaient exclus les patients dont le décès était attendu à court terme du fait de la pathologie initiale et ceux transférés d’un autre service de réanimation. Les pratiques en termes de nutrition, de prévention des agressions cérébrales secondaires d’origine systémique et du traitement de l’hypertension intra-crânienne étaient conformes aux recommandations. Le diagnostic de PAVM était posé en présence d’une hypo- ou hyperthermie, d’une leucocytose, d’une image évocatrice sur la radiographie pulmonaire et d’un diagnostic bactériologique par prélèvement protégé.

Résultats

Deux cent quarante patients ont été inclus (79 femmes, 161 hommes). Les pathologies rencontrées étaient: traumatismes crâniens graves, n=97, hémorragies sous-arachnoïdiennes, n=62, accidents vasculaires cérébraux hémorragiques, n=47 et ischémiques, n=13, autres pathologies neurologiques, n=21. La durée moyenne de ventilation était de 17jours pour l’ensemble des patients et de 23jours pour ceux avec une PAVM. Au total, 61 patients ont développé une PAVM, soit 25,4 %. Vingt-six patients l’ont contractée dans les 5 premiers jours (42,6%), 35 après le cinquième jour. La médiane d’apparition de la PAVM était de 7jours. Dix-sept patients sont décédés (8 groupe PAVM, 9 groupe non PAVM). Aucun n’était lié à la PAVM. Les prélèvements bactériologiques ont isolé : Staphylococcus aureus methi-S n=9, Pseudomonas aeruginosa n=9, Haemophilus influenzae n=8, Enterobacter aerogenes n=5, Serratia n=5, Streptococcus pyogenes n=5, Escherichia coli n=4, Streptococcus pneumoniae n=3, Acinetobacter baumanii n=3, Proteus mirabilis n=2, Morganella n=2, Enterobacter cloacae n=1, Klebsiella pneumoniae n=1, Citrobacter n=1, Providentia n=1, Moraxella catharallis n=1, bactériologie négative n=1. Sept bactéries étaients multirésistantes.

Discussion

L’incidence des PAVM chez les cérébrolésés a été peu décrite. Il s’agit de patients à haut risque de PAVM du fait des troubles de vigilance ou de déglutition. Une étude chez des patients de réanimation intubés en raison de pathologies neurologiques rapporte une incidence de PAVM de 5,6 % [1]. Ce taux s’élève à 50 % chez les traumatisés crâniens [2] et à près de 48% des patients atteints d’hémorragies sous arachnoïdiennes [3]. La disparité des résultats peut être liée à des biais méthodologiques. L’intérêt de cette étude prospective était d’obtenir une description des PAVM chez les cérébrolésés, à partir d’un groupe de patients homogène ayant une prise en charge globale standardisée. L’incidence que nous rapportons se situe à la limite basse des études comparables. Les données bactériologiques sont similaires à celles de la littérature.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A91 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les facteurs pronostiques des pneumopathies aiguës communautaires aux urgences
  • K. Khaleq, G. Tchamdja, D. Hillah, K. Yaqini, H. Louardi
| Article suivant Article suivant
  • Anesthésie réanimation pour greffe rénale chez l’enfant
  • B. Hmamouchi, H. Taibi, S. Nejmi, Y. Alaoui, A. Chlilek, K. Mabrouk, S. El Khayat, K. Soulami, B. Ramdani, S. Dauger, S. Dahmani, Y. Nivoche

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.