Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Décès par choc anaphylactique aux curares : analyse des facteurs de risque et de la prise en charge therapeutique - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.162 
M. Reitter 1, , N. Petitpain 2, C. Latarche 3, P. Gillet 4, G. Audibert 5, P.M. Mertes 6
1 Département anésthésie réanimation 
2 Centre regional de pharmacovigilance, centre hospitalier universitaire de Nancy, Nancy 
3 Département d’épidémiologie, centre hospitalier universitaire de Nancy, Vandœuvre-lès-Nancy 
4 Département de pharmacologie clinique 
5 Département d’anesthésie réanimation, centre hospitalier universitaire de Nancy, Nancy 
6 Département d’anesthésie, centre hospitalier régional et universitaire de Strasbourg, Strasbourg, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La réaction anaphylactique aux curares est une complication qui peut concerner et préoccuper l’ensemble des anesthésistes car elle peut être sévère voire fatale. Le but de cette étude était d’évaluer son taux de mortalité en France, d’identifier les facteurs de risque de mortalité et de décrire la prise en charge thérapeutique des cas mortels.

Matériel et méthodes

La base de données du système national de pharmacovigilance était analysée afin de selectionner les cas de réactions d’hypersensibilités aux curares survenus entre janvier 2000 et décembre 2011. Un questionnaire supplémentaire était envoyé aux centres régionaux afin d’améliorer l’information sur la gestion thérapeutique des cas à issue fatale. Les cas mortels étaient séparés en deux groupes :

– « décès précoces » : issue fatale immédiate (arrêt cardiovasculaire non récupéré) ou après mise en place d’une assistance cardiocirculatoire ;

– « décès tardifs » liées à une défaillance multiviscerale secondaire à l’arrêt cardiovasculaire récupéré.

Une analyse multivariée était réalisée afin de déterminer les facteurs de risque indépendants de mortalité.

Résultats

Deux mille vingt-deux cas de réaction d’hypersensibilité à un curare étaient analysés dont 84 cas mortels (taux de mortalité moyen 4,1%). À partir des 1247 cas de réactions sévères (grade 3 et 4) ont pu être mis en évidence les facteurs de risques indépendants de mortalité reportés dans le Tableau 1. Le curare le plus souvent incriminé était le suxamethonium (n=815, 65,4 %) suivi de l’atracrium (n=181, 14,5 %), rocuronium (n=105, 8,4 %), cisatracrium (n=94, 7,5 %) et vecuronium (n=23, 1,8 %). Aucun d’entre eux n’était identifier comme facteur de risque de surmortalité. Les détails de la prise en charge des réactions mortelles étaient obtenus pour 31 patients. Le délai moyen de survenu du premier symptome était de 2,1minutes, le délai moyen d’injection du premier bolus d’adrénaline était de 3,4minutes et la dose totale d’adrénaline injectée en bolus était de 15mg. Il n’y avait aucune différence significative dans la prise en charge entre les groupes décès tardif et précoce. Aucun des patients placés sous assistance cardiocirculatoire ne survivait.

Discussion

Le sexe masculin, l’obésité, un antécédent de maladie cardiovasculaire, un traitement chronique par bêtabloquant et le contexte d’urgence sont des facteurs de risques indépendants de mortalité à une réaction d’hypersensibilité aux curares. Le taux de mortalité est de 4,1 %. La prise en charge des cas mortels était conforme aux recommandations internationales, avec un délai court de mise en œuvre des thérapeutiques spécifiques. On peut donc supposer qu’il existe des cas de résistance à l’adrénaline. Il est donc nécessaire de développer de nouvelles approches thérapeutiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A98 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’inflammation néonatale accélère la réponse microgliale lors d’un nouveau stress inflammatoire systémique à l’âge adulte
  • S. Sigaut, V. Degos, B. Fleiss, J. Van Steenwinckel, A.L. Schang, J. Mantz, P. Gressens
| Article suivant Article suivant
  • Choc anaphylactique peranesthésique à la succinylcholine : analyse d’une augmentation locale d’incidence, à propos de 18 cas
  • C. Dauthier, M. Le Dorze, C. Le Cocq, Y. Ozier, A. Mebazaa

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.