Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Radioiodine therapy in benign thyroid disorders. Evaluation of French nuclear medicine practices - 05/09/14

Doi : 10.1016/j.ando.2014.07.863 
Delphine Bernard a, , Marie Dominique Desruet a, Marianne Wolf b, c, Julie Roux c, Camille Boin a, Roseline Mazet a, Céline Gallazzini c, Alex Calizzano c, Jean-Philippe Vuillez c, Benoît Allenet a, Daniel Fagret c
a Department of pharmacy, university hospital A.-Michallon, CS 10217, 38043 Grenoble, France 
b Department of endocrinology, CS 10217, 38043 Grenoble, France 
c Department of nuclear medicine, CS 10217, 38043 Grenoble, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

Objectives

Radioiodine is currently used routinely in the treatment of hyperthyroidism including Graves’ disease (GD), toxic multinodular goitre (TMNG) and toxic solitary nodule (TSN) but no consensus exists on the most appropriate way to prescribe iodine – fixed dose or calculated doses based on the gland size or turnover of 131I. We carried out the first nationwide French survey assessing the current practices in radioiodine treatment of hyperthyroidism.

Material and methods

A questionnaire was sent to French nuclear medicine hospital units and cancer treatment centres (n=69) about their practices in 2012.

Results

Euthyroidism was considered the successful outcome for 33% of respondents, whereas hypothyroidism was the aim in 26% of cases. Fixed activities were the commonest therapeutic approach (60.0% of GD prescribed doses and 72.5% for TMNG and TSN), followed by calculated activities from Marinelli's formula (based on a single uptake value and thyroid volume). The fixed administered dose was chosen from between 1 to 3 levels of standard doses, depending on the patient characteristics. Factors influencing this choice were disease, with a median of 370 MBq for GD and 555 MBq for TSN and TMNG, thyroid volume (59%) and uptake (52%) with 131I or 99mTc. Even physicians using fixed doses performed pretherapeutic thyroid scan (98%).

Conclusion

This study shows that practices concerning the prescription of 131I therapeutic doses are heterogeneous. But the current trend in France, as in Europe, is the administration of fixed doses. The study provides the baseline data for exploring the evolution of French clinical practices.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectifs

L’iode radioactif est utilisé en routine dans le traitement de l’hyperthyroïdie, comprenant la maladie de Basedow (Graves’ disease (GD)), le goitre multinodulaire toxique (GMNT) et le nodule solitaire toxique (NST), mais il n’existe aucun consensus sur la meilleure façon de prescrire de l’iode – dose fixe ou dose calculée sur la base de la taille de la glande ou du turnover de l’iode 131. Nous avons réalisé la première enquête nationale française évaluant les pratiques actuelles en matière de traitement à l’iode radioactif de l’hyperthyroïdie.

Matériel et méthodes

Un questionnaire a été envoyé en 2012 aux services hospitaliers français de médecine nucléaire ainsi qu’aux centres de traitement du cancer (n=69) sur leurs pratiques.

Résultats

Une euthyroïdie était considéré comme un succès pour 33 % des répondants, tandis qu’une hypothyroïdie était le but dans 26 % des cas. Fixer l’activité thyroïdienne était l’approche thérapeutique la plus courante (60,0 % des doses prescrites pour GD et 72,5 % pour GMNT et NST), suivie par un calcul d’activité à partir de la formule de Marinelli (fondé sur une valeur d’absorption unique et sur le volume de la thyroïde). La dose fixe administrée a été choisie parmi 1 à 3 niveaux de doses standard, en fonction des caractéristiques du patient. Les facteurs influençant ce choix étaient la maladie, avec une médiane de 370MBq pour la GD et de 555MBq pour la NST et la GMNT, le volume de la thyroïde (59 %) et l’absorption (52 %) avec 131I ou 99mTc. Même les médecins utilisant des doses fixes effectuaient une scintigraphie thyroïdienne pré-thérapeutique (98 %).

Conclusion

Cette étude montre que les pratiques concernant la prescription de doses thérapeutiques 131I sont hétérogènes. Mais la tendance actuelle, en France comme en Europe, est l’administration de doses fixes. Cette étude fournit les données de base pour explorer l’évolution des pratiques cliniques françaises.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Thyroid, Hyperthyroidism, Radioiodine dose, Graves’ disease

Mots clés : Thyroïde, Hyperthyroïdie, Iode 131, Maladie de Basedow


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 75 - N° 4

P. 241-246 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • The clinical significance of somatostatin in pancreatic diseases
  • Mariola ?liwi?ska-Mosso?, Marta Veselý, Halina Milnerowicz

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.