Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Impact d’un protocole de sédation avant intubation trachéale en salle de naissance. Pratiques dans deux centres de niveau III - 05/09/14

Doi : 10.1016/j.arcped.2014.02.006 
E. Walter-Nicolet a, , b , C. Zanichelli c, S. Coquery d, P. Cimerman e
a Service de néonatologie, hôpital Saint-Joseph, 185, rue Raymond-Losserand, 75014 Paris, France 
b Service de néonatologie, hôpital Trousseau, AP–HP, 26, avenue Arnold-Netter, 75012 Paris, France 
c Service de gynécologie-obstétrique, hôpital Lariboisière, AP–HP, 2, rue Ambroise-Paré, 75010 Paris, France 
d Service de néonatologie, hôpital Antoine-Béclère, AP–HP, 157, rue de la Porte-de-Trivaux, 92140 Clamart, France 
e Centre national de ressources contre la douleur, hôpital Trousseau, AP–HP, 26, avenue Arnold-Netter, 75012 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’intubation trachéale est un geste douloureux encore très souvent réalisé en réanimation et salle de naissance malgré le développement de la ventilation non invasive. L’objectif de cette étude observationnelle était de comparer les pratiques en salle de naissance dans 2 centres de niveau III : l’un avec protocole de sédation avant intubation trachéale, l’autre sans.

Résultats

Sur une période de 4 mois, 115 nouveau-nés intubés en salle de naissance ont été inclus. Vingt-cinq pour cent d’entre eux avaient reçu une prémédication spécifique, exclusivement dans le centre avec protocole. Aucun enfant de moins de 28 semaines d’aménorrhée (SA) n’avait reçu de sédation. Les enfants ayant reçu une sédation étaient significativement plus gros et avaient un âge gestationnel plus élevé que les autres (1500g [1180–2260] vs 1170 [860–1680] p=0,003 et 31 SA [29–34] vs 29 [27–32] p=0,014 respectivement). Les principaux médicaments utilisés avaient été la nalbuphine, le midazolam et le sufentanil, par voie veineuse ou rectale. Selon le centre, 85 à 100 % des pédiatres étaient favorables à la mise en place d’un protocole spécifique en salle de naissance.

Conclusion

Cette étude montre que la présence d’un protocole de sédation avant intubation trachéale en salle de naissance incite à la réalisation d’une prémédication avant ce geste.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Tracheal intubation in neonates is a painful procedure performed daily in the delivery room despite the widespread development of noninvasive ventilation. Specific analgesia is not commonly performed. The objective of this observational study was to compare practices between two level-III centers: one with a specific protocol for premedication before tracheal intubation of newborns in the delivery room, the other without.

Results

One hundred and fifteen neonates were intubated in the delivery room and included over a 4-month period: 25% of them received specific premedication before intubation, exclusively in the center with the protocol. None of the extreme premature neonates (age28 gestational weeks) received analgosedation before the procedure. Nalbuphine, midazolam, and sufentanil were mainly used, via the intravenous or intrarectal route. Infants receiving a premedication were significantly heavier and had a greater gestational age than the others (1500g [range, 1180–2260g] vs. 1170 [range, 860–1680g] P=0.003, and 31 GW [range, 29–34 GW] vs. 29 [range, 27–32 GW] P=0.014, respectively). Most pediatricians (85–100%) favored a specific protocol for sedation before tracheal intubation. Implementation of a specific protocol allows specific analgesia to be implemented for newborns undergoing tracheal intubation. Further studies should be conducted to determine the best strategies for pain management during tracheal intubation of neonates, especially in the delivery room.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


 Cet article a fait l’objet d’une communication orale à la Société française de médecine périnatale en octobre 2012, à Montpellier. Publication partielle : Revue de Médecine Périnatale 2012;4(Suppl. 1):S34.


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 21 - N° 9

P. 961-967 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • A study on early-onset neonatal group B streptococcal infection, Bulgaria, 2007–2011
  • M. Todorova-Christova, R. Vacheva, A. Decheva, A. Nikolov, B. Slancheva, D. Stoichkova, E. Christova, E. Shopova, S. Hitrova, A. Masseva, N. Yarakova, I. Kraleva, T.S. Takova, N. Dimitrova, A. Dobreva
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation de la simulation haute-fidélité dans la formation initiale à la réanimation en salle de naissance chez les étudiants sages-femmes
  • C. Coyer, G. Gascoin, L. Sentilhes, C. Savagner, J. Berton, F. Beringue

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.