S'abonner

Y-a-t-il une place pour les anticoagulants oraux directs dans la prise en charge de la maladie thromboembolique veineuse au cours du cancer ? - 11/09/14

Doi : 10.1016/j.jmv.2014.07.017 
G. Meyer
 Service de pneumologie, Hôpital européen Georges Pompidou, Université Paris Descartes, 75908 Paris cedex 15 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Le traitement de la maladie thromboembolique veineuse (MTEV) au cours du cancer repose sur l’utilisation prolongée des héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sans relais par les antagonistes de la vitamine K. Si ce traitement est plus efficace que les AVK, il reste perfectible avec des taux de récidive et d’hémorragie grave supérieurs à 5 %, ce qui reste bien supérieur à ce qui est observé avec le traitement classique en dehors du cancer. Il reste donc une marge d’amélioration non négligeable dans la prise en charge de la MTEV au cours du cancer. La prolongation du traitement sous-cutané pose également le problème de son acceptation par les malades dont le risque persiste et qui survivent très souvent au-delà de 6 mois, même après un épisode thromboembolique qui constitue un marqueur de mauvais pronostic.

Par leurs propriétés pharmacologiques et leurs premiers résultats, les anticoagulants oraux directs pourraient constituer une réponse à ce problème persistant. Les grands essais qui ont validé leur utilisation dans la MTEV comportent tous un groupe de malades atteints de cancer actif, minoritaire, mais non négligeable. Le nombre total de malades atteints de cancer actif traités par AOD dans les essais EINSTEIN, HOKUSAI et RE-COVER atteint ainsi 674, soit le double du nombre de malades traités par HBPM dans l’essai CLOT. La comparaison des AOD avec l’association HBPM-AVK dans ces sous-groupes suggère que les AOD sont associés à une réduction du risque de récidive thromboembolique alors que leur risque de saignement est proche de celui du traitement standard. Il faut toutefois souligner trois points : il s’agit d’étude de sous-groupe, le taux de récidive thromboembolique sous AVK est beaucoup plus faible que celui qui a été observé dans les essais qui ont évalué les HBPM, ce qui suggère une certaine sélection des malades, même s’ils sont inclus sous le vocable cancer évolutif ; enfin, le traitement de référence doit être une HBPM et non un AVK. Enfin, la possibilité d’interactions médicamenteuses cliniquement significatives entre AOD et traitements anticancéreux n’est pas exclue. Des essais spécifiques devraient voir le jour rapidement pour comparer HBPM et AOD et clarifier le rôle potentiel de ces derniers dans cette indication.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Maladie thromboembolique veineuse, Anticoagulants oraux, Cancer


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 39 - N° 5

P. 316 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prévention de la récidive de la MTEV au décours d’un cancer
  • I. Mahe, J. Chidiac
| Article suivant Article suivant
  • Peut-on identifier un profil de patiente à risque thrombotique veineux pendant la grossesse ?
  • J.C. Gris

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.