Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les manifestations ORL du reflux gastro-oesophagien chez l’adulte - 17/09/14

Doi : 10.1016/j.aforl.2014.07.215 
A. Mardassi, N. Mathlouthi, S. Mezri, R. Ben Mhamed, K. Akkari , S. Benzarti
 Service ORL Hôpital Militaire de Tunis, Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de la présentation

L’oto-rhino-laryngologiste est souvent confronté à des affections chroniques ou récidivantes des voies aériennes supérieures pour lesquelles la recherche d’une étiologie inflammatoire, infectieuse ou tumorale demeure négative. Parmi ces étiologies, le reflux gastro-oesophagien (RGO) occupe une place de plus en plus considérable et qui mérite d’être clarifiée.

Matériel et méthodes

Il s’agit d’une étude prospective s’étalant sur deux ans et demi de juillet 2011 à décembre 2013. La série comportait 95 patients qui présentaient une symptomatologie ORL chronique ou récidivante et résistante aux traitements habituels. Tous nos patients avaient un bilan étiologique négatif et ne présentaient pas de manifestations digestives évoquant un RGO. Un examen ORL complet et une pH-métrie oesophagienne ont été pratiqués pour tous nos patients.

Résultats

L’âge moyen de nos patients était de 37ans avec des extrêmes allant de 16 à 72ans. Le bilan clinique avait montré le caractère évocateur de reflux sur certains symptômes (dysphonie, toux chronique) et sur certaines lésions (laryngite ou pharyngite chronique) surtout s’ils résistaient au traitement médical classique. L’étude pH-métrique était pathologique dans 65,3 % des cas. Nos patients avaient bénéficié d’un traitement médical sur une période de 4 mois à base d’alginates associés soit à l’oméprazole, soit à la famotidine. L’amélioration de la symptomatologie était obtenue dans 60 % des cas. L’amélioration des signes inflammatoires de la sphère ORL était notée dans 46 % des cas.

Conclusion

Vue la place importante qu’occupe le reflux pathologique chez les patients ayant des manifestations ORL chroniques ou récidivantes avec un bilan étiologique négatif, une pH-métrie de première intention est nécessaire permettant le dépistage et le traitement précoce d’un éventuel reflux et d’éviter au patient des consultations itératives de spécialiste en spécialiste.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 131 - N° 4S

P. A108 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Biphosphonates related osteonecrosis of the jaw (BRONJ) – a new entity to recognize
  • M. Sofia, M. Pedro, M. Miguel
| Article suivant Article suivant
  • Les laryngectomies partielles reconstructives à propos de 55 cas
  • A. Daoudi, A. Farhi, A. Bouchair, N. Djerad, A. Saidia

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.