Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Kyste spontané du segment cervical du canal thoracique : revue de la littérature - 17/09/14

Doi : 10.1016/j.aforl.2014.07.226 
V. Roger 1, , D. Blanchard 2
1 CHU de Caen, Caen, France 
2 Centre de Lutte Contre le Cancer François Baclesse, Caen, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de la présentation

Les kystes cervicaux sont des pathologies fréquemment rencontrées en ORL. Parmi eux, le kyste du segment cervical du canal thoracique est méconnu, mais nécessite un traitement spécifique sous peine de complications. Ici, nous détaillons les particularités de cette pathologie et le débat sur leur prise en charge.

Matériel et méthodes

Expérience personnelle d’un cas et revue de la littérature.

Résultats

Vingt-trois cas de kystes cervicaux du canal thoracique sont rapportés. Ils se caractérisent par une dilatation de la portion terminale du canal thoracique, juste en amont de son abouchement dans le confluent jugulo-sous-clavier gauche ou dans l’un des deux vaisseaux le constituant. Les kystes semblent favorisés par les traumatismes (y compris chirurgicaux), mais leur pathogénie reste méconnue. Ils sont typiquement asymptomatiques et de découverte fortuite, mais peuvent se manifester par une tuméfaction sus-claviculaire gauche isolée, une douleur ou des symptômes compressifs (dyspnée, dysphagie, dysphonie, toux). Le diagnostic de kyste cervical du canal thoracique s’appuie sur l’IRM, l’observation peropératoire (kyste communiquant avec le canal thoracique), et l’examen anatomopathologique (paroi vasculaire du kyste). Leur traitement est débattu : abstention, régime hypo-lipidique, ponction-aspiration ou sclérothérapie. L’exérèse chirurgicale se discute si les kystes sont symptomatiques, inesthétiques ou s’ils menacent de se rompre. L’identification et la ligature du canal thoracique sont alors indispensables pour éviter une lymphorrhée.

Conclusion

Les kystes cervicaux du canal thoracique sont bénins mais doivent être connus du chirurgien ORL pour éviter les complications iatrogènes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 131 - N° 4S

P. A112 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les lymphomes non hodgkiniens extra-ganglionnaires A localisation ORL. À propos de 30 cas
  • A. Daoudi, A. Bouchair, A. Farhi, S. Zitouni, N. Djerad, A. Saidia
| Article suivant Article suivant
  • Intérêt du lambeau supra-claviculaire dans la fermeture des fistules oesotrachéales post-radiques
  • C. Bach, L. Guilleré, I. Wagner, S. Darmon, Y. Denoux, F. Chabolle

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.