Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Liposarcome cervical géant exteriorisé et radio-induit : à propos de deux observations - 17/09/14

Doi : 10.1016/j.aforl.2014.07.229 
B. Derradji 1, , A. Mesalti 2, W. Laref 2, Y. Yazibene 2, N. Ait mesbah 2
1 Service ORL de l’hôpital de Kouba, Alger, Algérie 
2 Hôpital de Kouba, Alger, Algérie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de la présentation

Étude des caractéristiques cliniques, radiologiques, et évolutives avec une revue de littérature d’une tumeur cervicale, hautement maligne, très rare et radio-induite (liposarcome).

Matériel et méthodes

Nous rapportons les cas de deux patients âgés de 38ans et de 62ans, le premier aux antécédents de néoplasie du cavum (UCNT) qui remonte à 13ans, traité par une radiothérapie à dose curatrice et une chimiothérapie adjuvante. Le deuxième aux antécédents de néoplasie du larynx il y a 11ans, traité par chirurgie laryngectomie totale avec curage ganglionnaire cervical bilatérale suivie d’une radiothérapie complémentaire. Les deux patient ayant présenter une tuméfaction cervicale d’allure maligne par son aspect macroscopique et sa croissance rapide. À titre d’exploration, un scanner cervical effectué avec un bilan d’extension et une exérèse chirurgicale a été le principal traitement.

Résultats

Chez les deux patients la TDM objective une masse latérocervicale droite évoquant plusieurs étiologies (tumeur mésenchymateuse, adénopathies cervicales remaniées ?). L’histologie de la biopsie révèle un liposarcome atypique. Le bilan d’extension est revenu normal. L’histologie de la pièce opératoire révèle un liposarcome dédifférencié à prédominance pléomorphe. La récidive est survenue huit mois et trois mois après.

Conclusion

Le lipomesarcome radio-induit est une complication rare et tardive d’un traitement ionisant. Son agressivité dépend essentiellement de la forme histologique et la récidive est très fréquente. Il pose un problème de prise en charge. Le traitement est chirurgicale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 131 - N° 4S

P. A113 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Étiologies rares des adénopathies cervicales chroniques de l’enfant
  • Y. Moussaoui, K. Ouennoughi, A. Mouzali, F. Saim, M. Haraoubia, O. Zemirli
| Article suivant Article suivant
  • Indice de masse corporelle et protocole de préservation d’organe
  • F. Cuny, D. De raucourt, D. Blanchard, J. Rame, E. Babin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.