Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Place de la tuberculose dans le profil étiologique des adénopathies cervicales des immunocompétents au cours de l’année 2013 : série de 110 cas - 17/09/14

Doi : 10.1016/j.aforl.2014.07.268 
A. El bousaadani , Z. Eljahd, S. Benbakh, R. Abada, J. Roubal, M. Mahtar
 CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de la présentation

L’objectif du présent travail est d’étudier les particularités épidémio-cliniques et le profil étiologique des adénopathies cervicales prise en charge dans notre structure hospitalière ainsi que la place de la tuberculose ganglionnaire et ses formes cliniques et histologiques.

Matériel et méthodes

Nous avons mené une étude transversale à visée descriptive au service d’ORL et de chirurgie cervico-faciale au cours de l’année 2013 sur 110 cas d’adénopathies cervicales.

Résultats

Nous avons retenu 110 patinets. La moyenne d’âge est de 31ans avec des extrêmes entre 1an et 79ans. Une rhinocavoscopie préalable est faite dans 90 cas. Le siège des adénopathies est jugulocarotidien dans 66 cas. Le geste chirurgical est fait sous anesthésie locale dans 68 cas alors que 43 cas sont faites sous anesthésie générale chez des enfants ou en cas d’indication de curage fonctionnel. Les adénectomies et les biopsies ganglionnaires représentent 89 cas. Le curage ganglionnaire fonctionnel est fait dans 21 cas. L’évolution est bonne chez tous les cas. Le profil histologique est dominé par la tuberculose dans 26 cas confirmée et 16 cas douteux tuberculoïde non nécrosante (une sarcoïdose dans 14 cas et une toxoplasmose et tuberculose dans un cas chacun). Une adénite réactionnelle est notée dans 20 cas. Un lymphome dans 9 cas. Une localisation ganglionnaire d’un carcinome épidermoïde dans 11 cas et d’un adénocarcinome dans 5 cas. Un carcinome papillaire est noté dans 10 cas. Un kyste branchial est noté 5 cas et un lymphangiome dans 2 cas. Deux cas de cavum confirmé par biopsie ganglionnaire et non précisé dans 2 cas.

Conclusion

Le profil étiologique des adénopathies cervicales permet de comprendre l’épidémiologie locale et d’adapter les mesures prises aux pathologies prédominantes notamment la tuberculose ganglionnaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 131 - N° 4S

P. A126 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Applicability of the swine model for training surgery – cervical lymph node dissection
  • A. Sandra
| Article suivant Article suivant
  • Granulome malin centrofacial ou lymphome nasal T/NK : à propos de 6 cas et revue de littérature
  • I. Barhmi, N. Tazi, L. Belfaquir, R. Abada, M. Roubal, M. Mahtar

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.